Musée des confluences

A tire d’aile entre Lyon et Marseille

10
11

Un des 4 oiseaux déposés en avril 2013 par le musée des Confluences au MuCeM est revenu ce mardi : il s’agit d’un superbe paradisier de Raggi de Papouasie Nouvelle-Guinée, Paradisaea raggiana angustaevictoriae (inv.41001611), qui a été acquis par le muséum d’histoire naturelle de Lyon en 1884 grâce à l’Association des amis des sciences naturelles.

Cet oiseau naturalisé est en effet trop fragile pour être exposé en continu dans la Galerie de la Méditerranée, même dans de très bonnes conditions de conservation. C’est pourquoi il a été remplacé par un autre paradisier, Paradisaea apoda (inv. 41001599), originaire du même pays.

Les oiseaux n’ont pas volé pour autant entre les deux musées : ils ont voyagé couchés et calés dans une caisse transportée par la société Chenue.