Musée des confluences

Banzo, ritmos & timbres

Création 2018 – Edmundo Carneiro

Le jeudi 8 mars | 20h30

Banzo (1ère partie)
« Si je devais décrire la mélancolie de l’esclave du Brésil, il me faudrait refaire le parcours interminable qui emmenait sur ses chemins chaotiques les corps fatigués de sueur et d’effrois du port de Salvador de Bahia aux mines de Diamantina. Le Banzo serait alors ce vague à l’âme d’un océan perdu; un océan comme un port d’attache qui reliait encore l’homme à son Afrique natale. Diamantina, la ville de l’or et du diamant, qui aura sublimé la musique baroque, aura vu naître, dans son paradoxe, l’esclave musicien s’affranchir par son talent de joueur de cordes. Le Banzo s’exprimerait alors, dans ce métissage, entre l’énergie vitale des tambours et la douleur de l’âme sublimée dans l’harmonie des guitares. »
Texte de Didier Sustrac pour Edmundo Carneiro

Trois guitaristes brésiliens, héritiers de Villa-lobos, du choro ou de la samba viennent égrainer leurs arpèges, en ricochets, au rythme des Atabaques, comme des sanglots retenues dans la rage des corps

Distribution
Milton Daud, Edinho Godoy, Luca Bulgarini : guitares
Emundo Carneiro : tambours atabaques

Ritmos et Timbres (2ème partie)
« Je poursuivrai dans ce chapitre le même chemin, comme si nous revenions de Ouro Preto, mulâtre affranchi, joyeux musicien, de l’or jusque dans le reflet de nos trompettes, nos clarinettes crachant des soleils de velours. Ces instruments accompagneront nos pas à travers les routes de pierres, les temps et les rythmes du Brésil. Ils danseront sur le maracatu, le baiao, et la samba. Parce que les cuivres ont toujours fait partie de la musique brésilienne, et que c’est là, sur ces terres métisses, qu’est née la plus belle fanfare du monde. »
Texte de Didier Sustrac pour Edmundo Carneiro

Distribution
Rubinho Antunes : trompette, bugle, direction
Marcelo Filizola : percussions, batterie
Edmundo Carneiro : percussions
Claudio Faria : trompette-Bugle
Antoine Bost : saxophone ténor et alto
Nacim Brahimi : saxophone ténor et soprane
Cacau de Queiroz : saxophone baryton
Fernando Mccarthy : trombone


Création musée des Confluences

©L.Ginet