Musée des confluences

Une page folle - Kurutta Ippeiji

Ciné-concert: un chef-d'oeuvre du cinéma Japonais mis en musique par Nguyên Lê

Une page folle est un chef-d’œuvre mondial du cinéma muet, sans aucun doute le premier film d’avant-garde du cinéma japonais à la virtuosité époustouflante et dont la modernité et la liberté créatrice surprennent encore aujourd’hui. L’histoire est celle d’un vieux marin, devenu employé d’un hôpital psychiatrique afin de favoriser l’évasion de sa femme internée depuis qu’elle a tenté de noyer leur enfant…

« J'ai voulu écrire cette musique comme une musique de film, avec des moments sonores  précisément synchronisés selon chaque scène, mais à l'intérieur desquels les improvisations pourront éclore. L'ordinateur jouera à la fois le film et quelques pistes de sons abstraits, ainsi que des grooves électroniques. La forme et le chapitrage de la pièce sont très précisément définis. A l'intérieur évoluent plusieurs modules qui dialoguent, se frôlent ou se repoussent, pour finalement se marier : la section de cordes, scellant le concept et l'imaginaire par la délivrance de l'écriture ; le musicien électronique, décrivant les abysses de l'âme tourmentée autant que la sérénité du relâchement ; le koto, éminemment acoustique, pur comme la fleur du cerisier ; la contrebasse, tantôt du côté des cordes, tantôt du côté écrit de la guitare électrique et des grooves machiniques ; la trompette, électron libre survolant l'espace grâce à ses improvisations ; la guitare, participant à tous ces côtés à la fois, plus comme un chef d'orchestre que comme un papillon. Un film ténébreux et intense, tendu et contrasté : telle est la musique, assurément la plus sombre que j'aie jamais écrite. » Nguyên Lê

Un film de Teinosuke Kinugosa (Japon), 1926, noir et blanc, 59’, muet. Issu de la collection George Eastman House
Musique originale composée par Nguyên Lê.
Ce ciné-concert est une commande d’écriture faite à Nguyên Lê pour le musée des Confluences.

distribution

  • Nguyên Lê : guitare éléctrique
  • Mieko Miyazaki : koto
  • Chris Jennings : contrebasse
  • Nils Petter Molvaer : trompette
  • Jan Bang : live sampling
  • Louise Salmona, Manuel Solans : violons
  • Emmanuel François : alto
  • Marie Ythier : violoncelle

musique 

  • Composition originale de Nguyên Lê