Musée des confluences

Fonds Chermette

 

identification

Le fonds Chermette constitue au musée des Confluences la sous-série 4J. Il couvre la période 1754-2009, avec une majorité de documents compris entre 1920 et 1996. Il représente 3,5 mètres linéaires et est décrit au niveau du fonds sous les cotes 4J1 à 4J186.

contexte

Alexis Chermette naît le 16 juillet 1902 dans la ville de Lyon (69). Il se rend fréquemment chez ses grands-parents maternels qui exploitent une carrière : il développe donc dès son plus jeune âge un intérêt pour les sciences naturelles et la géologie. Ses études secondaires ont lieu au Lycée Ampère de Lyon, dans le 2e arrondissement. Très vite, il souhaite faire de sa passion son métier et s'inscrit à la Faculté des Sciences de Lyon : il en sort avec une licence ès Sciences Naturelles. Il voyage ensuite vers le Nord-Est de la France, en Moselle, pour intégrer l’Institut de Géologie de Nancy.

Sa carrière d’ingénieur-géologue débute hors de France : il se rend à Madagascar au service de la Compagnie Générale de Madagascar et y travaille jusqu’en 1930. Toute sa vie, de grandes institutions le recrutent pour ses qualités de prospecteur et d’expert géologue. Il prend sa retraite en 1961 mais continue à travailler pour de grands organismes, comme par exemple l'ONU.

La fluorite a toujours été son minéral de prédilection. Il se constitue une collection spectaculaire et en devient très vite l’expert mondial, ce qui lui vaudra sa renommée. Malgré une vie passée à l’étranger, Alexis Chermette reste attaché à sa ville natale et particulièrement au muséum d'histoire naturelle de Lyon. Commence alors une étroite collaboration entre le géologue et le muséum, à qui il donne régulièrement des minéraux. Pour plus d'information sur sa vie et son parcours, voir sa notice biographique.

Après la mort d'Alexis Chermette, le fonds est légué en 1996 par sa veuve au muséum d'histoire naturelle de Lyon en même temps que sa collection.

description

Ce fonds privé témoigne de la passion du géologue pour la minéralogie, qui ne connaît pas de frontière entre sa vie de collectionneur et sa carrière. Bien que produits à des dates et dans des cadres différents, de nombreux documents se font écho tout au long de la vie de Chermette :

  • la première partie regroupe les publications, rapports et conférences liés à la constitution de sa collection : elle documente l'histoire des minéralogistes, mines, gisements et, de manière plus secondaire, la collection léguée au muséum ;
  • dans la deuxième partie, les publications, rapports et conférences ont été produits par Chermette au cours de sa carrière de géologue et d'expert auprès d'organismes divers ;
  • vient ensuite la documentation qui lui a servi à rédiger ses différents écrits ;
  • la quatrième partie est consacrée à sa correspondance, en majorité passive ;
  • enfin, la dernière partie de ce fonds regroupe les documents iconographiques et de audiovisuels : ils comprennent les prises de vues effectuées par Chermette lors de ses voyages, mais également des cartes postales, des cartes, plans et schémas, et enfin des VHS et DVD.

Ce fonds d’archives est probablement l'un des plus riches au monde concernant la localisation, la description, la prospection et la représentation de gisements, mines et minéraux, avec une grande majorité de documents sur la fluorite sous toutes ses formes et appellations (spath fluor, fluorine, etc.). Voici quelques pistes de recherche :

  • établir des liens entre les archives et les minéraux de la collection Chermette permettrait de les documenter de manière beaucoup plus fine, avec l'aide du responsable de collection. Par manque de temps, ce travail n'a en effet pu être réalisé après le classement du fonds ;
  • les enjeux économiques et politiques de l'exploration et de l'exploitation des mines, présents en filigrane dans le fonds, sont toujours d'actualité : quand Alexis Chermette rend un rapport d'expertise sur la richesse d'un filon d'or, de barytine de manganèse ou encore de fluorite, il participe à la décision d'exploiter ou non les richesses du sous-sol à Madagascar, au Bénin ou encore en Illinois. S'il est probable que les gisements décrits aient depuis été depuis largement exploités, les richesses du sous-sol restent un enjeu très vif dans de nombreux pays, entretenant de nombreux conflits de par le monde ;
  • le contexte colonial ajoute un autre éclairage aux prospections de Chermette, puisqu'il a travaillé à Madagascar et en Afrique occidentale sous domination française. Le rôle de la reconstruction nationale en métropole dans ces explorations minières mériterait d’être étudié précisément et ce jusqu'aux périodes plus récentes

Aucun instrument de recherche n'existait pour ce fonds, en dehors de l'inventaire très peu détaillé qui avait été fait lors du legs par Mme Chermette avec Marie-Line Astier, employée du muséum. Le classement d'origine du fonds par Chermette a a priori peu subsisté lors de la mise en cartons des dossiers pour leur transfert : le respect des fonds n'a donc pu être respecté, en dehors probablement de la documentation et de la correspondance. Le plan de classement a été établi en distinguant, quand cela était possible, produits lors de sa carrière professionnelle de ceux liés à sa passion. Le reste du fonds, qui concerne l'ensemble de sa vie,  présente un classement typologique (documentation, correspondance, documents figurés et audiovisuels).

Toutes les archives sont destinées à être conservées à des fins historiques, mais également pour documenter la collection. Des doubles d'articles et de la documentation sans lien direct ont été retirés du fonds, ainsi que les documents préparatoires à l'ouvrage Alexis Chermette et la fluorite, postérieurs au legs.

Il s'agit d'un fonds fermé, car Alexis Chermette est décédé. Aucune copie n'est connue à ce jour.

conditions d'accès et d'utilisation

Ce fonds est communicable dans son ensemble et consultable sur demande auprès du service ressources documentaires.

La reproduction des documents pour usage privé est libre, sous réserve de l’état de conservation des documents. Pour les autres usages, contacter le service ressources documentaires : un certain nombre de documents sont en effet soumis à des droits de propriété intellectuelle qui n’ont pas été cédés au musée des Confluences. Toute réutilisation impose de mentionner les sources, du type : correspondance (1950), fonds Chermette, musée des Confluences (Lyon, France), cote 4 J 100.

Les documents sont rédigés pour la plupart en français, mais on dénombre quelques publications en anglais et une partie de la correspondance est rédigée en anglais, russe, espagnol ou encore italien. Le fonds se présente sur support papier pour l’essentiel, sur support papier et film souple pour les photographies, sur film souple et disque optique pour les vidéos. Certains rapports, publications ou cartes sont très fragiles : il est donc conseillé de les manipuler avec soin.

Cet instrument de recherche a été élaboré par Florian Gschwind, étudiant en première année de master «Métier de la Culture, des Archives et du Document» (MECADOC), spécialité archivistique, à l’université de Haute-Alsace à Mulhouse, sous la direction d'Anne Marie Delattre, attachée de conservation et responsable des ressources documentaires. Il est conforme aux recommandations de la norme ISAD (G) : norme générale et internationale de description archivistique (2nde édition, 2012).

sources complémentaires

Se reporter à l'instrument de recherche pour une liste plus complète.

Musée des Confluences (Lyon, France)

collections

  • collection de minéraux donnés tout au long de la vie d'Alexis Chermette au Muséum d'histoire naturelle de Lyon.
  • collection léguée en 1996 de fluorites, de quelques autres minértaux et d'une table en bronze surmontée d'un plateau en fluorite.

archives

  • fonds Chermette, legs par Mme Chermette au département du Rhône pour le muséum d'histoire naturelle de Lyon : extrait du registre des actes de décès d'Alexis Chermette (19/09/1996), procès-verbal d'ouverture et de description du testament olographe d'Alexis Chermette (2/10/1996), acte de notoriété auprès d'un notaire (22/10/1996), rapport au conseil général pour l'acceptation du legs (1997), délibération du conseil général (27/01/1997), pouvoir donné par Michel Mercier pour le muséum d'histoire naturelle de Lyon à l'étude Marmey-Ravu pour l'acceptation du legs (6/11/1997) (copies, cote Amus3445).
  • ouvrage Alexis Chermette et la fluorite, publication par le muséum : maquette, textes, correspondance (non coté).
  • dossiers sur Chermette et sur la publication dans le fonds de Michel Philippe, ancien conservateur en sciences de la terre (non cotés).
  • photographies d'[Alexis Chermette] en Afrique noire, avec scènes de rituels, portraits individuels et de groupe avec parures, constructions en terre et un portrait de Chermette devant une case (cotes PH7333-7386, provenance et date d'entrée non définies).

bibliothèque et documentation

  • Boudeulle M. David L. Philippe M. Alexis Chermette et la fluorite. Muséum d'histoire naturelle de Lyon, 2002, 143 p.
  • David L., 1997 - "In memoriam, Alexis Chermette (1902-1996)". Nouvelles archives du muséum d'histoire naturelle de Lyon, fascicule 35 : 63-70.
  • Gschwind Florian, Notice biographique, site du musée des Confluences, 2016.
  • Henzi P., 1996 - Alexis Chermette (16 juillet 1902 - 26 Août 1996). Bulletin mensuel de la Socété linnéenne de Lyon, 65 (9) : 281-282.

Académie des sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon et Société linnéenne de Lyon

  • archives des sociétés savantes en lien avec les activités d'Alexis Chermette
  • portraits à l'Académie, dont celui publié dans Alexis Chermette et la fluorite, p. 13.

Archives municipales de Lyon

 

Éditeur : 
Musée des Confluences (Lyon, France)
Modifié le : 
15 Juin 2016
Crédits : 
musée des Confluences (Lyon,France), CC BY-SA