Musée des confluences

L’affaire des poisons à la cour de Louis XIV

Le jeudi 15 février | 19h

Le 17 juillet 1676, Marie-Madeleine d'Aubray, marquise de Brinvilliers, est décapitée en place de Grève à Paris devant une foule agitée, puis impressionnée par le courage de cette petite femme au corps si frêle. " Elle est morte comme elle a vécu, avec résolution ", écrira Mme de Sévigné. Présente ce soir-là, la célèbre épistolière n'aurait pas manqué un instant d'un feuilleton qui tenait en haleine les Français depuis déjà quatre ans. Accusée d'avoir empoisonné son père, ses deux frères, son mari, sa sœur et sa fille, la marquise de Brinvilliers fut en effet l'une des premières " tueuses en série " de l'Histoire. Mais la marquise a-t-elle vraiment commis les crimes qu'on lui reproche ? Agnès Walch, historienne, spécialiste des drames de mœurs, a mené ce travail d'enquête jusqu'alors inédit. Sous sa plume revit un Paris passionné par la magie, les poisons, les sciences occultes, un monde où plus que jamais l'argent fait tourner les esprits, surtout s'ils sont faibles... Rassemblant les pièces du procès, l'historienne éclaire d'un jour nouveau le verdict des magistrats influencés par les préjugés de leur sexe et sous la coupe d'un pouvoir politique obsédé par le complot. Ni ange, ni démon, la marquise apparaît là dans toute sa vérité.

Avec
Agnès Walch, professeur d’histoire moderne (Université d’Artois)

Séance de dédicaces à la librairie du musée à l’issue de la soirée.

Portrait de la célèbre marquise de Brinvilliers