Musée des confluences

Abrégé du système de la nature de Linné

 

titre complet

Abrégé du système de la nature de Linné, histoire des mammaires ou des quadrupèdes et cétacées.

Contenant 1°. la Traduction libre du texte de Linné et Gmelin ; 2°. l'Extrait des Observations de Buffon, Brisson, Pallas, et autres célèbres Zoologistes ; 3°. l'Anatomie comparée des principales espèces : le tout relatif aux Quadrupèdes et aux Cétacées les plus curieux et les plus utiles.

contexte historique

L'ouvrage de Jean-Emmanuel Gilibert est essentiel pour la diffusion des idées de Carl von Linné (1707-1778) à Lyon et en France. Linné est un naturaliste suédois qui a fondé les bases du système moderne de la nomenclature binominale des espèces : cette nomenclature permet de désigner avec précision toutes les espèces animales et végétales puis les minéraux, grâce à une combinaison de deux noms latins. Son ouvrage le plus important est le Systema Naturæ (Les systèmes de la Nature) qui connaît plusieurs éditions successives, dont la première date de 1735. A partir de la dixième édition de 1758, Linné généralise le système de nomenclature binominale.

Jean-Emmanuel Gilibert (Lyon, 21 juin 1741 - Lyon, 2 septembre 1814) est un homme politique et un botaniste lyonnais, auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet. Franc-maçon, médecin de l'Hôtel-Dieu de Lyon, il est membre de l'Académie de Lyon. Il est également l'un des fondateurs de l'École vétérinaire et de l'École centrale d'agriculture. Il est un temps professeur de sciences naturelles à l'université de Vilnius. Il dirige enfin le cabinet d'histoire naturelle de Lyon de 1802 à 1814, qu'on appellera ensuite muséum d'histoire naturelle : les collections, issues des anciens cabinets de curiosités de Monconys et Pestalozzi, sont très malmenées par la Révolution et déménagées vers 1808 dans l'ancien couvent de la Déserte (actuelle place Sathonay). Elles sont enrichies par d'autres collections, dont celles de Gilibert en entomologie et botanique. Gilibert dirige également jusqu'à sa mort le Jardin des plantes, créé en 1803 sur les pentes de la Croix-Rousse, qui deviendra le jardin botanique.

Clémence Lortet contribue elle aussi à la diffusion des idées de Linné : après avoir consulté en 1803 Jean Emmanuel Gilibert pour des raisons de santé, elle se passionne pour la flore qui l'entoure et commence à herboriser. En parallèle, elle étudie la botanique en suivant les cours dispensés par le professeur Gilibert au Jardin des plantes. Elle acquiert ainsi une solide connaissance en botanique. De cette rencontre naît une riche collaboration et la constitution de plusieurs herbiers, répartis aujourd’hui dans différentes institutions, dont le musée des Confluences. Ces herbiers permettent une connaissance affinée de la flore régionale.

En 1822, Clémence Lortet et Gilibert participent à la création de la Société linnéenne de Lyon. A noter que Clémence Lortet n'est autre que la grand-mère de Louis Lortet, directeur du muséum d'histoire naturelle de Lyon entre 1870 et 1909.

illustrations

28 planches d'estampes (burin et eaux-fortes) représentant Gilibert et diverses espèces comme la chauve-souris, l'éléphant, le loup, le putois, l'ours, la girafe, le narval, etc.

bibliographie sélective

  • Coll., Linné botaniste suédois, nomenclateur et poète de la nature, exposition au Muséum national d'histoire naturelle, Paris, 1957, 132 p.
  • Coll., "Linné et le mouvement linnéen à Lyon, la Société linnéenne et son patrimoine scientifique", bulletin hors-série n°1 de la la Société linnéenne de Lyon, 2009, 136 p.

 

Éditeur : 
Matheron Fr.
Modifié le : 
21 Mai 2015
Crédits : 
musée des Confluences (Lyon, France), domaine public