Musée des confluences

Arsénopyrite

 

description

Agrégat de cristaux pseudo-orthorhombique présent sur deux faces. Ce minerai provient des Mines de Reichenstein. Cet ancien gisement connu depuis le Moyen-âge a été exploité dans un premier temps pour l’or contenu dans le minerai. Ce n’est qu’au 20ème siècle que l’on va l’exploiter pour l'arsenic. L'exploitation s'est arrêtée en 1961.

exposition

Cette pièce est présentée dans l'exposition temporaire Venenum, un monde empoisonné (15/04/2017-07/01/2018).

Parmi les 80 éléments chimiques de la croûte terrestre présents dans le corps humain, quatre ne sont pas essentiels à la physiologie et peuvent même être nocifs : mercure, arsenic, plomb et antimoine. Ils ont été utilisés comme poisons ou médicaments, et le sont encore dans l’industrie, au prix d’un risque environnemental majeur.

Among the 80 chemical elements of the Earth’s crust present in the human body, four are not essential for bodily functions and can even be harmful: mercury, arsenic, lead and antimony. They were used as poisons or medicines, and are still used today in industry, presenting a major environmental risk.

Contenu dans de nombreux minéraux, l’arsenic est un élément de base d’insecticides ou de « mort-aux-rats ». Plébiscité par les empoisonneurs pour son efficacité et son absence de goût, il est aussi un remède présent dans la pharmacopée antique. Son action sur l’organisme est une question de dose et d’exposition à la substance. Chauffée, l’arsénopyrite émet des vapeurs corrosives hautement toxiques. Les cristaux jaunes d’orpiment libèrent des substances cancérogènes et neurotoxiques.

Contained in many minerals, arsenic is used as an ingredient in insecticides and rat poison. Its effectiveness and tastelessness made it very popular with poisoners, but it was also included as a remedy in ancient pharmacopoeia. Its action on the body depends on the dose and level of exposure. When heated, arsenopryte emits highly toxic, corrosive vapours. The yellow orpiment crystals give off carcinogenic and neurotoxic substances.

 

 

 

Éditeur : 
Musée des Confluences
Modifié le : 
14 Avril 2017
Crédits : 
musée des Confluences (Lyon, France), CC BY-SA