Musée des confluences

Jean-Baptiste Charcot

 

éléments biographiques  

Jean-Baptiste Auguste Etienne Charcot (Neuilly-sur-Seine, 15 juillet 1867- mort en mer, 16 septembre 1936) est le fils de Jean-Martin Charcot, médecin connu pour ses Leçons à la Salpêtrière et initiateur de la neuro-pathologie. Jean-Baptiste suit donc tout d’abord des études de médecine à la Faculté de Paris et soutient sa thèse en 1894.

Sa véritable passion est ailleurs : passionné par la mer depuis son enfance, il pratique la voile et raconte les aventures d’un trois-mâts en Patagonie pour une revue illustrée. Il accompagne son père dans de nombreux voyages au Pays de Galles, aux îles Shetland, Hébrides et Féroé, en Islande, Hollande, Espagne ou encore Maroc.

A la mort de son père en 1893, il se consacre enfin à la navigation puis à l’exploration scientifique, afin de « faire œuvre utile ». Après une première approche du cercle polaire en 1902, Charcot dirige les deux premières expéditions françaises en Antarctique, en 1903-1905 et 1908-1910. Mobilisé en 1914 comme médecin, il entame une carrière militaire qui lui permet après la fin de la guerre de poursuivre ses explorations. Il est l’homme des missions polaires françaises et effectue de 1920 à 1936 de nombreuses expéditions scientifiques vers les îles Hébrides et vers les côtes orientales du Groenland (1925-1936).

Charcot est élu en 1926 à l’Académie des Sciences, avant d’être reçu en 1929 au Bureau des Longitudes et à l'Académie de Marine. En 1928, il participe aux recherches de l'hydravion perdu en mer à bord duquel se trouvait le norvégien Roald Amundsen, premier homme à atteindre le pôle sud. En 1934, 1935, 1936, son navire le Pourquoi pas? transporte les missions polaires de Paul-Emile Victor au Groenland. C’est au retour d’une de ces missions que le bateau fait naufrage le 16 septembre 1936 au large des côtes islandaises, après une violente tempête.

Charcot est enterré au cimetière Montmartre à Paris et une stèle lui est dédiée à Saint-Malo, port d’attache du Pourquoi pas ?.

sources complémentaires

liens

archives

bibliographie sélective

 

Éditeur : 
Musée des Confluences (Lyon, France)
Modifié le : 
22 Avril 2015
Crédits : 
Musée des Confluences (Lyon, France), CC BY-SA