Musée des confluences

La création du monde

 

description

Dans cette œuvre, Manasie Akpaliapik associe divers éléments des mythes inuit associés à la création du monde pour en faire une composition originale et dynamique. On retrouve la présence du chaman, des motifs de vêtements féminins, des animaux arctiques comme le harfang des neiges, l’ours, le motif de la main humaine, etc. La figure centrale du fœtus évoque le mythe d’Arnaqtaaqtuq selon lequel un avorton emprunte successivement la forme de divers animaux avant de redevenir humain, une expérience qui lui permet d’affronter le monde dans sa diversité.

Pour les Inuits, les piliers du monde s’écroulent, entraînant sa destruction et la disparition des humains. Alors que deux hommes naissent d’une motte de terre, une parole chamanique crée la première femme. Le chaman, impressionné par cette vision de la création du monde, en perce son tambour.

La sculpture comporte une inscription concernant l'exécutant en inuktituk, en bas, face arrière dextre.

expositions

  • Cette oeuvre est présentée dans l'exposition Origines, les récits du monde, dans la partie courbe consacrée aux récits des origines de la vie chez les Inuits et les Aborigènes.

Dans les récits d’origine de la vie, l’avènement des animaux, des végétaux et de l’humanité nécessite généralement une divinité qui crée soit à partir d’un monde préexistant et stérile, soit à partir d’un chaos. Ainsi, ce monde porte déjà en lui les éléments permettant le surgissement de la vie. La vie est favorisée par les éléments naturels : eau, feu, terre, montagne... et ses composantes sont celles que nous connaissons aujourd’hui. Souvent, les entités aquatiques président à la création, à la stabilisation ou à la dynamique du monde vivant.

Dans un mythe inuit, l’esprit d’un foetus prend tour à tour l’identité de plusieurs animaux. Redevenu humain, il affronte le monde dans sa diversité. Le chaman, brandissant son tambour, veille à l’équilibre du monde au moment où de nombreux êtres voient le jour : humains, esprits et animaux.

In stories about the origin of life, a deity is usually required to create plants, animals, and humanity, either from a pre-existing and barren world, or from chaos. In such a world, all the elements necessary for life to spring forth are already present. Life is favoured by natural elements: water, fire, earth, mountains etc. Its components are those that we know today. Often aquatic entities are the first to be created and preside over the stabilisation or evolution of the living world.

One Inuit myth tells of the spirit of a foetus which adopts the identity of several animals in turn. When human again, he confronts the world in all its diversity. The shaman, brandishing his drum, ensures that the balance of the world is maintained as humans, spirits and animals are born.

 

 

 

Modifié le : 
5 Mars 2015
Crédits : 
musée des Confluences (Lyon, France), CC BY-SA