Musée des confluences

La voie du guerrier

 

description

  • "La voie du guerrier"
  • Bushidô 武士道
  • timbre humide : collection Ernest Chantre

Reconstitution d'une scène de trois jeunes samurai en armure posant avec un drapeau pouvant représenter des "Wakashudô"(若 众 道) signifiant littéralement "la voie des jeunes hommes (éphèbes)". La pose est très marquée et sert l'esthétique de la composition avec les casques kabuto posés à même le sol.

Précisions sur le sujet : le terme de bushi (武士) d'origine japonaise signifie littéralement "guerrier gentilhomme", cette étymologie remonte au Shoku Nihongi (続日本記) écrit sous l'ère Heian vers 800. Bushi et samouraï (侍) sont souvent confondus, or ils n'ont pas la même contextualisation et encore moins une fonction semblable.

Les Bushi sont des chevaliers en armure dont l'attribut ou l'arme principale est leur arc (yumi 弓) et qui œuvrent à la protection des clans familiaux religieux (uji宇治). Sous l'ère Heian, une scission s'opère entre la noblesse raffinée, l'aristocratie impériale (kuge 公家) et la classe guerrière des bushi. En 1156, les trois principaux clans guerriers (bushidan 武士団 ), Fujiwara (藤原), Taïra (平) et Minamoto (源) s'affrontent lors de la rébellion de Hôgen (Hôgen no ran 保元の乱), à l'issue de laquelle en 1185, succède la révolte de Heiji (Heiji no ran 平治の乱) et la guerre de Gempei (Genpei kassen 源平合戦), Minamoto no Yoritomo (源頼朝, 9 mai 1147 - 9 février 1199) établit la suprématie de la caste guerrière et met en place le shogunat de Kamakura (Kamakura bakufu 鎌倉幕府).

La description a été réalisée par Elodie Paillet.

bibliographie

  • Estèbe Claude, Collection de 40 photographies japonaises du fonds Chantre, rapport d'expertise réalisé pour le musée des Confluences, 2013, 11 p. (cote Amus3267)
  • Paillet Elodie, Collection Ernest Chantre, lot de quarante photographies du Japon, étude réalisée pour le musée des Confluences, 2013, 24 p. (cote DOC000025)

sources complémentaires

liens

relation

Ensemble de 40 photographies du Japon acquises par Ernest Chantre (1843-1924), sous-directeur du muséum d'histoire naturelle de Lyon (1879-1909).

source

Fonds Ernest Chantre.

 

 

 

 

Éditeur : 
Musée des Confluences (Lyon, France)
Modifié le : 
19 Février 2015
Crédits : 
musée des Confluences (Lyon, France), domaine public