Musée des confluences

Loris lent

 

description

Ce spécimen entier naturalisé appartient à la famille des Lorisidae et se rencontre sur la Péninsule malaise et l'île de Sumatra.

exposition

Ce spécimen de loris lent est présenté dans l'exposition temporaire Venenum, un monde empoisonné (15/04/2017-07/01/2018).

Les mammifères produisant du venin pour se défendre, voire pour immobiliser ou tuer leurs proies, sont très rares. Certains possèdent des glandes à venin reliées à un éperon comme l’ornithorynque, alors que d’autres se servent de leur salive venimeuse pour mordre ou se rendre toxiques en se léchant le pelage, comme le loris.

Mammals that produce venom to defend themselves, or to immobilise or kill their prey, are very rare. Some have venom glands connected to a spur, like the duck-billed platypus, while others use venomous saliva to bite or make themselves toxic by licking their fur, like the loris.

Le loris lent possède, à l’intérieur des coudes, des glandes produisant un venin. Il lèche fréquemment cette zone pour le mêler à sa salive. Ses incisives inférieures, inclinées et creusées en gorge, permettent l’écoulement de la salive devenue toxique dans les blessures provoquées par ses morsures. Les jeunes loris sont enduits de cette salive qui les protège des prédateurs.

The slow loris has venom-producing glands on the inside of its elbows. It frequently licks this area in order to mix the venom with its saliva. Its lower incisors are slanted and grooved, enabling the flow of toxic saliva into wounds caused by its bite. Young are covered in this saliva in order to protect them from predators.

 

Éditeur : 
Musée des Confluences (Lyon, France)
Modifié le : 
12 Avril 2017
Crédits : 
Musée des Confluences (Lyon, France), CC BY-NC-SA