Musée des confluences

Masque agbogho mmwo

 

description

Ce visage étroit, aux yeux effilés et au nez fin et busqué, incarne l'idéal de beauté féminin. Sa couleur blanche rappelle que les carnations claires étaient très appréciées en territoire igbo. Le blanc est une couleur noble, qui évoque la pureté et la bonté, mais indique aussi le rattachement du masque au monde des esprits ancestraux.

utilisation

Probablement originaires de la région Akwa-Nri, dans la partie septentrionale du pays igbo, les masques agbogho mmwo ("esprit de la jeune fille") sont répandus au nord jusqu'à Nsukka et au sud jusqu'à Orlu et Okigwe (Cole, 1997). Ils apparaissent lors de festivals annuels profanes, organisés durant la saison sèche, qui célèbrent la féminité, la maternité et honorent les esprits ancestraux liés à la fertilité humaine et agricole. Outre le masque en bois, le costume du porteur comprend une imposante coiffe constituée d'une armature de bois recouverte de tissu ainsi qu'une combinaison de tissus appliqués multicolores, ornée d'une poitrine postiche. Le danseur effectue des mouvements assez vifs, voire outranciers, laissant transparaître, derrière l'hommage rendu à la beauté féminine, une légère moquerie à l'égard du caractère volubile des femmes.

exposition

  • Ce masque est actuellement présenté dans l'exposition temporaire Désir d’art, la collection africaine Ewa et Yves Develon (08/02/2019-12/05/2019) au côté d'autres pièces maîtresses de la collection d'Ewa et Yves Develon données au musée en 2018.

Ce petit masque était autrefois associé à une combinaison en tissu coloré, pourvue d’une poitrine postiche, permettant au danseur d’adopter l’apparence d’une jeune fille. Le visage étroit, aux traits aigus, reprend de façon exagérée les critères de la beauté féminine en pays igbo.

This little mask once topped a coloured fabric overall provided with a pair of false breasts so that the dancer wearing it would look like a young girl. The narrow, sharp-featured face is an exaggerated version of the criteria for female beauty in Igbo country.

bibliographie

  • COLE  Herbert M., « Arts igbo », dans Jean-Hubert MARTIN, Etienne FÉAU et Hélène JOUBERT (dirs.), Arts du Nigeria. Collection du Musée des arts d’Afrique et d’Océanie, Paris : Réunion des musées nationaux, 1997
  • COLE  Herbert M. et ANIAKOR Chike Cyril, Igbo Arts. Community and Cosmos, Los Angeles : Museum of Cultural History, University of California, 1984, 238 p.
  • COLE  Herbert M., Igbo, Milan : 5 Continents éditions, 2013, 147 p
  • LEBAS  Alain (dir.), Arts du Nigeria dans les collections privées françaises, Catalogue d’exposition (Musée de la civilisation, Québec, 24 octobre 2012-12 avril 2013), Milan : 5 Continents, 2012, 442 p.

 

source

Documentation établie par Ewa Develon, Alexandre Girard-Muscagorry et Marie Perrier.

 

Éditeur : 
Musée des Confluences (Lyon, France)
Modifié le : 
4 Février 2019
Crédits : 
musée des Confluences (Lyon,France), CC BY-SA