Musée des confluences

Moteur Renault Trucks dCi 11 éclaté

 

utilisation

Comme tout moteur, le moteur dCi 11 est utilisé pour transformer l’énergie calorifique d’un carburant en énergie mécanique, afin de faire mouvoir un véhicule au sein de la chaîne cinématique. Il est commercialisé en 2000 par Renault Trucks pour répondre à la norme européenne « Euro 3 » réglementant les émissions de polluant. Il équipe alors une partie de la gamme du constructeur de poids lourds, dont les Premium 420 dCi, les Premium distribution et les Premium route.

A la suite du rachat en 2001 par Volvo de Renault Trucks et du passage à la norme « Euro 4 » en 2005, sa production est arrêtée en France. Il continue cependant à être produit en Chine, où il a fait l'objet d'un transfert de technologie entre 2002 et 2003 avec le constructeur Dongfeng, 2e entreprise chinoise de fabrication automobile. Le transfert a porté sur les plans et les méthodes de fabrication du moteur, mais pas sur les moyens de production. Le moteur chinois, soumis à des contraintes de coûts et à un mode d'organisation du travail sensiblement différent, a fait l'objet d'évolutions par rapport à son modèle ; il est produit à 400 exemplaires par jour.

description

Le moteur dCi 11 de Renault Trucks, qui développe une puissance de 420ch, est un moteur diesel composé de tous les éléments classiques d'un moteur à explosion : le bloc moteur (cylindres, culasse, cache culbuteur, carter de distribution, carter moteur et cuvette d’huile moteur), les pistons, l’arbre à cames et le vilebrequin. Ce modèle présente cependant plusieurs innovations : il est en effet équipé d'une nouvelle culasse monobloc à 24 soupapes, de systèmes anti-pollution avec injection électronique contrôlée par ordinateur, d'un turbo-compresseur et d'une rampe commune haute pression (common rail, en bleu sur le côté du moteur).

C’est le 1er moteur pour véhicules industriels à être équipé de cette rampe commune : présente dans tous les moteurs modernes, elle permet d'optimiser l'injection, d'économiser du carburant et de limiter le rejet de particules. Son principe est le suivant : une pompe bicylindrique, qui délivre une pression à 1500 bars, alimente la rampe commune qui joue le rôle de distributeur de gazole dans les 6 injecteurs centrés ; grâce à un système d’électrovannes et au contrôle électronique de tout le système d’injection, on obtient une excellente pulvérisation et une bonne vitesse de mélange gazole-air pendant toute la phase d’injection, même à bas régime.

Le moteur est présenté ici en version "éclatée" dans un but pédagogique et esthétique, avec de haut en bas : le cache-culbuteurs, la culasse, le bloc cylindre comportant un système de miroirs pour voir les soupapes, et la cuvette d'huile. Il est fixé sur un socle rectangulaire en métal. Un système d'éclairage intégré, qui fonctionne sur le secteur, permet de mettre en valeur les différents éléments (en cours de branchement). Cette version éclatée, très rare car coûteuse à réaliser, a été effectuée en Italie pour présenter le nouveau moteur sur un salon international.

Le moteur représente la version ultime d’une filiation de moteurs 6 cylindres en ligne conçus et développés par le département des études Berliet dans les années 1970 : Automobiles M. Berliet, qui est l’une des composantes de RVI puis de Renault Trucks, a en effet développé une série de moteurs dont le premier, dénommé le « 06 20 30 », présente une cylindrée de 9 litres ; viendront ensuite le « 06 20 45 » avec 10 litres et enfin en 2000 le « 06 23 56 » avec 11 litres : c'est ce dernier modèle qui correspond au dCi 11, produit en version Euro 3 et Euro 4.

En termes d’innovation, le moteur introduit une véritable nouveauté technologique avec l’intégration de la rampe commune, qui perdure encore aujourd’hui et rend les moteurs diesel nettement moins polluants qu’il y a 20 ans. Les différentes versions du moteur s’inscrivent dans une lignée continue faite de nouveautés successives : c’est un bon exemple d’innovation incrémentale. Le transfert de technologies avec la Chine témoigne quant à lui d’un des modes de diffusion des innovations et de développement des entreprises.

expositions

  • Le moteur est présenté dans l'exposition permanente Sociétés, dans la partie consacrée à la création et à l'innovation industrielle.

Les moteurs de camion doivent s’adapter aux dernières normes de réduction du bruit et de la pollution. Ce modèle est ainsi équipé d’une rampe commune qui optimise l’injection, économise le carburant et limite le rejet de particules. Il a fait l’objet d’un transfert de technologies vers la Chine.

  • Le moteur fait également écho à l'exposition L'art et la machine présentée au musée des Confluences (13/10/2015-24/01/2016), et plus particulièrement au moteur Bugatti prêté par la Cité de l'automobile à Mulhouse - Collection Schlumpf (inv. MNA 3221), présenté dans la première partie consacrée à la fascination de la machine.

bibliographie sélective

  • Ruffier Clément, Sociologie de la carrière des objets techniques : le cas du camion dans le transfert de techniques entre la France et la Chine, Lyon, Université Lyon 2, thèse de doctorat, 2008, 660 p.
  • Ruffier Clément, "Un robot en France, un ouvrier en Chine, L’organisation du travail comparée chez Renault Trucks et Dongfeng", in Le Monde diplomatique, janvier 2010.

 

 

 

Éditeur : 
musée des Confluences (Lyon, France)
Modifié le : 
13 Mars 2015
Crédits : 
musée des Confluences (Lyon, France), dépôt de la Fondation Berliet