Musée des confluences

Ornement de tête pour femme, pēue èi, pēue koiò

 

exposition

Cette coiffe est actuellement présentée dans l'exposition temporaire Le monde en tête, la donation Antoine de Galbert (06/06/2019-15/03/2020).

Les Marquisiennes de haut rang portaient des couronnes semblables jusqu’à la fin du 19e siècle. Cette parure est composée d’environ 2000 dents de dauphin et de perles de verre colorées obtenues par le commerce avec les Européens. Avant l’arrivée de la verroterie, les artisans utilisaient des petites vertèbres de poisson en guise de perles.

High-ranking female Marquesas islanders wore crowns like this until the late 19th century. This adornment is made from some two thousand dolphin teeth, and coloured glass beads acquired through trade with Europeans. Before the arrival of glassware, their craftsmen used small vertebral bones from fish as beads.

bibliographie

  • LINTON Ralph, The Material Culture of the Marquesas Islands, Memoirs of the Bernice Dauahi Bishop Museum, volume VIII – Number 5, Honololu, Bishop Museum Press, 1923, p. 435.

  • MU-LIEPMAN Véronique, «Pēue èi, pēue koiò, ornement de tête», in Carol S. Ivory (dir.), Mata Hoata. Arts et société aux îles Marquises, Paris, Musée du quai Branly ; Arles, Actes Sud, 2016, notice 156, p. 217.

  • VON DEN STEINEN Karl, Les Marquisiens et leur art : l'ornementation primitive des mers du Sud, Papeete, Editions Le Motu,Tome 3, 2009.

 

Éditeur : 
Musée des Confluences (Lyon, France)
Modifié le : 
14 Mai 2019
Crédits : 
musée des Confluences (Lyon,France), CC BY-SA