Musée des confluences

Pou de la grue

 

légendes

  • TAV.3.
  • Pollino della gru

description

Le pou de la grue fait partie de l'ordre des Mallophages qui sont des poux broyeurs ou mâcheurs, contrairement à ceux des mammifères qui sont des poux suceurs (Anoploures).

Cette planche correspond à la fois à l'époque et à l'esprit des cabinets de curiosités du XVIIe siècle, mais aussi aux débuts de l'observation par les naturalistes de spécimens avec les premiers microscopes, bien plus performants que les loupes. Les dessins et gravures qui en sont issus n'ont pas d'emblée été considérés comme des représentations scientifiques : ils ont d'abord suscité de l'effroi et de l'incrédulité, en pensant qu'il s'agissait d'un monstre inventé de toute pièce et non d'un véritable spécimen observé et grossi avec un microscope comme ceux de Robert Hooke ou d'Antoni van Leeuwenhoek.

La gravure prouve au contraire le soin et l'exactitude avec lesquels Redi a observé les insectes et en a clairement distingué les espèces.

relation

Extr. de Redi Francesco, Esperienze intorno alla generazione degl'insetti, Florence, Stella, 1668.

Francesco Redi (1626-1697) est un biologiste, fils de médecin et docteur en médecine de l’Université de Pise. Il est également un lexicographe qui a rédigé le premier dictionnaire en italien, et un poète auteur de dithyrambes et de sonnets. En 1655, il devient membre de l'Accademia della Crusca et participe aux réunions de l'Accademia del Cimento.

En tant que naturaliste, il s’intéresse d’abord aux vipères et aux effets de leur morsure, qu’il étudie par l’observation et l’expérimentation : Osservazioni intorno alle vipere paraît en 1664. Il s’attache ensuite à l’étude des insectes dans son ouvrage le plus célèbre paru en 1668, Esperienze intorno alla generazione degl'insetti : il y contredit la théorie de la génération spontanée des vers dans les cadavres, qui proviennent en fait d’œufs pondus par des mouches. Il est également considéré comme l’un des pionniers de la parasitologie, comme en témoigne son intérêt pour les différentes sortes de poux dans cet ouvrage, ou sa contribution à la découverte en 1687 du sarcopte de la gale.

Francesco Redi est un bel exemple de ces savants européens qui rendent possible la révolution scientifique des XVIe et XVIIe siècles : il s’appuie en effet sur l’observation de spécimens à l’aide d’instruments scientifiques comme les microscopes, tout en développant des expériences pour réfuter ou étayer des théories scientifiques.

source

Bibliothèque du musée des Confluences.

 

 

 

 

Éditeur : 
Musée des Confluences (Lyon, France)
Modifié le : 
11 Août 2015
Crédits : 
musée des Confluences (Lyon, France), domaine public