Musée des confluences

Sans titre [Ours blanc debout]

 

description

L’ours occupe une place significative dans le riche imaginaire inuit. Sans doute inspirée de la tradition orale, cette sculpture d’Elijah Michael présente l’animal imposant dans un subtil équilibre, sur une patte, la tête tournée vers la droite. Appuyé sur ses genoux repliés et massifs, l’ours semble se soulever, la gueule grande ouverte avec ses puissantes pattes avant prêtes à griffer. Selon la perspective, cette image de l’ours peut inspirer la frayeur, tout comme elle peut impressionner, amuser ou intriguer.

Cette sculpture a été acquise en 2001 par le muséum d'histoire naturelle de Lyon dans le cadre de la création des collections Inuits et aborigènes, développées sous l'impulsion du directeur Michel Côté (1999-2010). Elle est taillée et polie dans de la serpentine verte.

exposition

Cette oeuvre est présentée dans l'exposition Espèces, dans la partie consacrée aux relations homme-animal chez les Inuits.

Dans le Grand Nord canadien, les Inuits conçoivent leurs relations avec les autres êtres vivants comme des relations de personne à personne. Tous les êtres ont des cultures et sont dotés de qualités morales et sociales analogues à celles des humains. Seule la morphologie des espèces et donc leur mode de vie permettent de les distinguer les unes des autres. Dans cette pensée animiste, les humains ne forment qu’un collectif parmi d’autres pris dans le maillage d’un ensemble plus vaste où se maintient, entre chaque composante, un dialogue permanent des âmes.

Les Inuits entretiennent avec les autres animaux un lien spirituel particulier qui constitue l’un des piliers de leur monde. Ils communiquent avec eux et leur reconnaissent une conscience. Il n’y a pas de domination et le chasseur doit être capable de convaincre le gibier de s’offrir à lui. Avec sa puissance, son aisance sur terre et dans l’eau et sa capacité à se dresser tel un humain, l’ours est un personnage central de l’imaginaire inuit.

 

 

Éditeur : 
Musée des Confluences (Lyon, France)
Modifié le : 
9 Mars 2015
Crédits : 
Musée des Confluences (Lyon, France)