Musée des confluences

Sonde Huygens (maquette)

 

utilisation

En 1610, Galilée observe dans sa lunette astronomique une forme bizarre : la planète Saturne semble s'étirer sur les côtés. Le Hollandais Christiaan Huygens (1629-1695) trouve en 1659 la réponse à cette énigme : il s’agit d’anneaux gravitant autour de la planète. Il découvre également l’existence du satellite naturel Titan.

Quelques années plus tard, Jean-Dominique Cassini (1625-1712) observe 4 autres lunes plus petites : Japet, Rhéa, Téthys et Dioné. Il découvre également la "division de Cassini", qui correspond à l'espace étroit entre les anneaux. Bien des questions restent alors en suspens : comment les anneaux autour de Saturne se forment-ils ? L’atmosphère de Titan est-elle comparable à celle de la Terre ?

Lancée en 1997, Cassini-Huygens est la première mission spatiale consacrée à l’exploration de Saturne. Elle est menée par la NASA, qui a réalisé le module orbital Cassini, et l’Agence spatiale européenne (ESA), fournisseur de la sonde Huygens. Après un périple de 7 ans et 3,5 milliards de kms, l'orbiteur et la sonde se mettent en orbite autour de Saturne le 1er juillet 2004. L'orbiteur collecte pendant 4 ans des données essentielles sur la structure et l’environnement de Saturne et ses satellites. Le 14 janvier 2005, la sonde Huygens plonge dans l’atmosphère de Titan et se pose à sa surface. Les Européens sont ainsi les premiers à avoir exploré in-situ un astre aussi lointain. Les images radar fournies par Cassini lors du survol de la planète en juillet 2006 révèlent la présence d'enclaves remplies de méthane liquide autour du pôle nord de Titan.

Avec d'autres projets, le programme Cassini-Huygens participe à améliorer nos connaissances sur les mécanismes chimiques ayant abouti à l’apparition de la vie sur Terre.

description

Cette sonde Huygens, construite par Hupkens industrial models en 2008, est une maquette à l'échelle 1 de la sonde mise au point par l'Agence Spatiale Européenne (ESA). Elle est composée de la sonde elle-même et de son parachute, élément indispensable pour ralentir sa vitesse lors de sa descente sur Titan. Elle a été acquise par le musée des Confluences en 2009, en même temps que la maquette du rover Exomars.

Le corps de la maquette est en fibre de verre renforcée à l'epoxy, les instruments sont en aluminium et en plastique et le parachute en textile.

exposition

La maquette de la sonde est présentée dans l'exposition permanente Origines. Elle domine avec la maquette de Spoutnik 2 le plateau consacré à l'observation et à l'exploration spatiale. Le parachute n'a pas été remonté du fait de son accrochage au plafond.

L’exploration de l’Univers a débuté par l’observation du ciel depuis la Terre. Dès lors, notre champ de perception s’est agrandi et le ciel est devenu l’espace. De puissants instruments nous permettent de détecter des astres lointains, d’en déterminer la composition, les mouvements et ainsi nous aide à mieux comprendre l’histoire de l’Univers. L’exploration de l’espace s’effectue désormais grâce à des instruments en orbite autour de la Terre et par l’envoi de sondes spatiales à travers notre système solaire.

sources complémentaires

Éditeur : 
Musée des Confluences (Lyon, France)
Modifié le : 
10 Juillet 2015
Crédits : 
musée des Confluences (Lyon, France), domaine public