DR 15 - BL.jpg © Musée des Confluences –

Lapray Benoît

Bien que leurs ancêtres aient été terrestres, les cétacés sont des mammifères devenus totalement adaptés au milieu aquatiques. Outre l'acquisition d'une forme générale très hydrodynamique, de nombreux autres changements anatomiques et physiologiques se mettent en place indépendamment. Les pattes arrière finissent par disparaître, alors que les pattes avant évoluent vers des structures en forme de nageoires faisant office de gouvernails : les « palettes natatoires ». La propulsion dans l'eau est assurée, quant à elle, par une puissante queue se terminant par une nageoire caudale formée de deux lobes. Au niveau de la tête, les narines migrent progressivement vers l'arrière, facilitant la respiration lors de la remontée en surface. La dentition évolue également, allant même au sein d'un groupe de cétacé, jusqu'à la disparition des dents et leur remplacement par des fanons permettant de filtrer l'eau tout en retenant la nourriture. Au niveau des organes des sens, le système auditif se modifie et va élargir la réception des sons jusqu'aux hautes et basses fréquences. Ils développent ainsi un sens particulièrement efficace dans l'eau et fonctionnant comme un sonar pour s'orienter, communiquer et rechercher leur nourriture, c'est ce que l'on appelle l'écholocation. Les yeux mobiles se sont déplacés sur les côtés, permettant de voir non seulement latéralement, mais également au-dessus, en dessous et même vers l'arrière. Il y a encore bien d'autres changements accompagnant cette adaptation très poussée au milieu aquatique.

Detailed description

Dimensions
Hors tout : H. 26 cm ; l. 68 cm ; P. 31.5 cm ; Pds 5,5kg

Associated ressources