Musée des confluences

Robe, Kitarentse, masculine

Kitharentsi pour petit garçon. La couleur bleue est obtenue par l’utilisation de fil de coton teinté industriellement et non fabriqué traditionnellement au village.

 

Description

Kitharentsi ou Kitarentse, est le nom utilisé en langue vernaculaire Ashaninka pour désigner le vêtement traditionnellement porté à la fois par les femmes et les hommes de cette population.
Contrairement à la version féminine dont la confection se fait aujourd’hui à partir d’un tissu industriel, la robe masculine est le résultat d’un ensemble d’étapes complexes mises en oeuvre à partir de la plantation et de la récolte du coton naturel, transformé grâce au savoir-faire des femmes. La mission effectuée chez les Ashaninka en 2019 a permis l’acquisition de trois robes traditionnelles masculines. Dans son mémoire intitulé « Kitharentsi : A arte da tecelagem das mulheres ashaninka », soutenu en décembre 2019 à l’université de Brasilia, Alexandrina Piyãko, jeune femme Ashaninka qui a accompagné Marie-Paule Imberti et Serge Guiraud tout au long de leur mission dans son village d’Apiwtxa en Amazonie brésilienne, nous livre des informations pour comprendre l’histoire de ce vêtement, plus particulièrement dans sa version masculine, au sein de la culture traditionnelle Ashaninka :

« Kitharentsi est un héritage que Pawa, notre Dieu créateur, a donné aux femmes Ashaninka. Ce vêtement fait partie de notre histoire et est un élément central dans la définition de l'identité de mon peuple. (…) Les Ashaninka disent qu'ils n'ont jamais marché nus. Autrefois, avant qu'ils ne rencontrent le coton, le kitharentsi était fabriqué à partir de l'écorce d'un arbre appelé yyãtxama. L'écorce de cet arbre a été battue jusqu'à ce qu'elle forme une sorte de tissu fin et mou. Aujourd'hui, il existe deux modèles de kitharentsi : le féminin et le masculin. (…) La fabrication d'un kitharentsi masculin nécessite un long processus de production, qui s'étend sur plusieurs mois. (…) Il est produit dans la couleur naturelle du coton, mais certaines parties sont teintes avec des colorants naturels obtenus à partir de matières premières récoltées dans les bois et sur les rochers. Ces parties teintes avec des fils d'une couleur différente sont tissées verticalement selon des motifs spécifiques (…). Ainsi, une fois terminé, le kitharentsi présente quelques rayures verticales colorées. Les couleurs les plus utilisées sont le noir, le marron et le blanc. Le vêtement masculin est cousu sur les côtés et comporte une autre couture au milieu du vêtement dans le sens vertical, laissant un col en "V" qui permet à la tête de l'utilisateur de passer au travers. (…) Dans le passé, les mères et les filles plus âgées confectionnaient les vêtements de toute la famille, hommes et femmes, sur le métier à tisser traditionnel. Aujourd'hui, ce n'est plus possible et seuls les vêtements masculins continuent d'être fabriqués sur le métier à tisser par les femmes. Ce sont les mères, les soeurs ou l'épouse qui confectionnent les vêtements des hommes. » (traduction libre)

 

 

 

Éditeur : 
Musée des Confluences (Lyon, France)
Modifié le : 
21 Février 2020