Musée des confluences

Bouteille double à sifflet

 

origine

Cette céramique fait partie d’un petit ensemble de céramiques de culture Chimù au sein de la collection du Pérou précolombien. Elle est décrite comme « deux gourdes jumelles » dans le listing d’inventaire lié à son entrée en collection en 1916 via une donation du Palais des arts de Lyon. Des recherches archivistiques sont en cours sur les origines des pièces liées à ce listing qui pourraient provenir d’une ancienne collection des Jésuites de Lyon.

description

Bouteille double anthropomorphe, noire, avec décor en relief et polissage grossier. Le premier corps représente un humain avec des bras légèrement en relief et une tête marquée par une déformation crânienne bilobée ainsi qu’un collier autour du cou. A l’avant de ce personnage, sur la panse et sur fond de pastille ronde, une décoration géométrique en relief figure probablement l’habillement. L'arrière de ce même corps est uniquement décoré d’un panneau de petites pastilles rondes. Le deuxième corps de la bouteille est simple et seulement décoré en relief sur la panse, de la même manière que le premier corps. 

Le terme de poterie « noire » est attribué aux céramiques Chimu en raison du résultat obtenu par leur technique particulière de cuisson.

« La poterie noire est ainsi désignée car l'argile est noircie par le biais de la cuisson et non par la peinture ou par l'engobe. Il s'agit d'un processus appelé « cuisson réductrice » où l'on réduit le niveau d'oxygène durant la cuisson ce qui amène le feu, toujours assoiffé d'oxygène, à en chercher ailleurs. Le feu se met donc à trouver l'oxygène dans les composés chimiques de la pièce d'argile. Une fois ce processus achevé, une grande transformation dans la composition chimique de l'argile s'ensuit, ce qui résulte en un changement de la couleur de l'argile cuite; dans le cas des pots de Chimú, l'argile rouge devient noire. »  Source : http://www.textilemuseum.ca/textile_argile/objets/chimu.cfm [consulté le 01/09/2017].

fonction

Les deux bouteilles communiquent par la présence d’un conduit. Un petit trou est percé au niveau de l’arrière de la tête du personnage représenté sur la bouteille fermée. Lorsque la bouteille, remplie d’eau, est mis en mouvement, le liquide va passer d’une partie à l’autre et chasser ou aspirer l’air - par le niveau montant ou descendant du liquide - dans un système siffleur produisant un sifflement à chaque mouvement. On nomme traditionnellement ces bouteilles doubles des « silvadores » (vase siffleur). Les vases siffleurs font partie intégrante de la musique précolombienne.

exposition

Cet objet n'est pas exposé actuellement.

sources complémentaires

Le musée dispose d'une autre bouteille à sifflet dans ses collections (inv. 81000154).

bibliographie sélective

liens

 

 

Éditeur : 
Musée des Confluences (Lyon, France)
Modifié le : 
1 Septembre 2017
Crédits : 
Musée des Confluences (Lyon, France), CC BY-SA