Musée des confluences

Collection de dumortiérites

 

identification

La collection de dumortiérites comprend 9 pièces provenant de France, des Etats-Unis et de Madagascar. Parmi elles, un échantillon a été collecté en 1881 par le découvreur, M. Ferdinand Gonnard (1833- 1923), ingénieur centralien et minéralogiste amateur.

contexte

Le premier échantillon de dumortiérite est collecté par Gonnard, en 1880, sur un tas de pierres à Chaponost (69) Cette même année, l’un des échantillons, étudié par M. Emile Bertrand, permet de faire officiellement état de la découverte d'un nouveau minéral. L'année suivante, en 1881, après avoir localisé la provenance des premiers échantillons près des aqueducs de Beaunant - dans une petite carrière de gneiss, située au premier coude de la route menant d’Oullins à Chaponost -, Ferdinand Gonnard en collecte de nouveaux.

Enfin, la même année, Gonnard  propose pour cette nouvelle substance le nom de dumortiérite, en l'honneur du paléontologiste lyonnais Eugène Dumortier (1802-1873). Le type de ce minéral, qui fait référence au niveau mondial, est déposé au muséum national d'histoire naturelle.

Outre Chaponost en France, on trouve des gisements au Brésil, au Canada, dans le Nevada et en Californie, en Silésie polonaise, en Norvège, en Russie, à Madagascar, en Namibie et au Sri Lanka.

description

La dumortiérite est un nésosilicate d'aluminium de couleur bleue, au faciès fibreux. Sa composition est fixée peu de temps après sa découverte par M. Alexis Damour : Al7(BO3) (SiO4)3O3. Le minéral a été utilisé notamment pour la fabrication de réfractaires alumineux, mais aussi en joaillerie comme pierre fine.

conditions d'accès et d'utilisation

La collection est conservée dans les réserves du musée et est accessible sur demande auprès du responsable de la collection, sous réserve de son état de conservation.

sources complémentaires 

  • Gonnard, F. Note sur l'existence d'une espèce minérale nouvelle, la Dumortiérite dans le gneiss de Beaunan (sic), au-dessus des anciens aqueducs de la vallée de l'Iseron (Rhône, sic). In.
    Bulletin de la Société minéralogique de France, 1881 (T4).
  • Lacroix, A. Minéralogie de la France et de ses anciens territoires d’Outre-mer, tome 1, p.18, 1977.

 

 

Éditeur : 
Musée des Confluences (Lyon, France)
Modifié le : 
18 Février 2016
Crédits : 
Musée des Confluences (Lyon,France)