Musée des confluences

Collection Journet

 

identification

Cette collection d'objets issus de la culture matérielle des Batak, qui vivent au nord de l'île de Sumatra, entre au muséum d’histoire naturelle de Lyon en 1957 par un don de Madame Dapples. Elle est constituée par Ernest Journet, grand-père de madame Dapples, à la fin du 19e siècle.

La collection est décrite au niveau du bien dans la base de données Flora.

contexte

Ernest Journet part en Indonésie à la suite de la mise en place en 1870 d’une loi agraire (Undang-undang Agraria), qui ouvre aux étrangers l'accès à la propriété foncière jusque-là réservée aux populations locales et à l'Etat colonial. Cette loi, ayant pour but la mise en culture des terres non cultivées, a pour effet l'arrivée massive de sociétés à capitaux européens sur le territoire indonésien. C'est ainsi qu'Ernest Journet débarque en mars 1888 à Batavia (Jakarta) sur l'île de Java pour travailler dans les plantations. Il s'installe sur l'île de Sumatra où il constitue cette collection, qu'il envoie en 1890 à sa famille à Arlay dans le Jura.

La collection comporte plus de 190 objets ethnographiques batak de Sumatra, ainsi que des spécimens de zoologie, de malacologie et d'ostéologie.

présentation

L'ensemble des objets ethnographiques regroupe l'essentiel des attributs du datu batak, qui est le médecin, guérisseur des maux de la société. Il est doué de grandes qualités intellectuelles, morales et éthiques. Pour protéger les vivants, le datu invoque la protection divine par le biais de rituels et de l'art. Il permet le lien avec les ancêtres et l'au-delà.

Les objets - tunggal, pustaha, perminaken ou guri guri et buli buli - sont en très bon état de conservation et présentent une large diversité de l'artisanat et de l'iconographie batak. Parmi eux :

  • les tunggal panaluan, canne présentant une succession de représentations anthropomorphes et/ou zoomorphes fait référence à la mythologie batak ;
  • les tunggal malehat, canne avec un seul personnage en haut ;
  • le pustaha, recueil dans lequel le Datu consigne les formules de guérison sous une forme d'écriture qui est particulière à chaque datu ;
  • perminaken/guri guri, contenant de forme et de matériaux divers contiennent les préparations élaborées par le datu à partir de plantes et autres substances naturelles ;
  • buli buli, cornes, essentiellement de chèvre, servant de récipient pour conserver les substances comme les herbes médicinales ou le puk puk.

Plus récemment, deux textiles, un ragidup et un gulip, ont été acquis afin de compléter cette collection. En effet les textiles sont très présents dans la culture batak, tout au long de la vie d'une personne, notamment à l'occasion de cérémonies.

conditions d'accès et d'utilisation

La collection est conservée dans les réserves du musée, et est accessible sur demande auprès du chargé de la collection, sous réserve de leur état de conservation.

sources complémentaires

autres collections

archives

  • Archives du musée des Confluences
  • Archives municipales de Lyon

bibliographie, travaux universitaires et études

  • Coll., 2011 - Esprit du capitalisme dans les plantations industrielles, éléments de réflexion par une sociohistoire des plantations indonésiennes. 5èmes Journées de recherches en sciences sociales Société Française d’Economie Rurale AgroSup Dijon, 8 et 9 décembre.
  • Jamaludin S., Hasibuan, J., 1985 - Art et Culture, Seni Budaya Batak. Total Indonesia.
  • Monbrizon de. C., 2009 - Rapport de mission. Musée du Quai Branly.
  • Niessen S., 2009 - Legacy in cloth. Kitlv Press Leiden.
  • Perret D., 1989 - Objets batak de la collection Journet du musée Guimet d'histoire naturelle de Lyon. Université Lyon II, Mémoire de maîtrise de sociologie mention ethnologie sous la direction de R. Mourer.
  • Pestouri I., 2009 - Documentation ethnographique des objets de la collection indonésienne de Bornéo et Sumatra. Ecole du Louvre.
  • Sibeth A., 2005 - The Batak: Peoples of the Island of Sumatra. Thames & Hudson Ltd
  • Ter Keurs P. (Dir.)  2008 - Au nord de Sumatra les Bataks, catalogue d’exposition Quai Branly. Musée du quai Branly/5Continents.

liens

 

Nous remercions vivement Madame Dapples, petite-fille d'Ernest Journet, de nous avoir communiqué toutes ces précieuses informations biographiques.

Éditeur : 
Musée des Confluences (Lyon, France)
Modifié le : 
16 Septembre 2015
Crédits : 
musée des Confluences (Lyon, France), domaine public