Musée des confluences

Statuette de femme aux bras levés

 

description

La statue a les bras levés et les jambes soudées en forme de cône peint en blanc. La tête a l'aspect d'un bec d'oiseau et une chevelure nettement indiquée. Le bras gauche est cassé au niveau de l'avant-bras et le bras droit est cassé au niveau du bras. Leur position rappelle des cornes de taureau.

Cette figurine féminine a été découverte en 1908 par Louis Lortet, directeur du muséum d'histoire naturelle de Lyon (1870-1909), à Rizeikat en Haute-Egypte. Deux statuettes masculines similaires ont également été découvertes à Khozam en Haute-Égypte.

Dans l'ouvrage Cultures du monde paru en 2000 aux éditions EMCC, Roland Mourer donne son interprétation des trois statuettes : "surnommées les hommes dansants en raison de leurs bras levés, ces statuettes pourraient représenter des divinités-oiseaux du fait de leur tête modelée en forme de bec. Représentatives de l'art de Nagada, elles n'ont cependant pas livré tous leurs secrets : beaucoup ont en effet été acquises en dehors de tout contexte archéologique. C'est le cas pour la grande figure féminine de Rikazat : Louis Lortet dit l'avoir acquise auprès d'un "fouilleur marron, travaillant en toute sécurité pendant les nuits éclairées par la lune resplendissante de la Haute-Egypte". C'était en 1908. Les deux autres statuettes ont en revanche été exhumées d'une tombe de Khozam. Faut-il rechercher, dans le réalisme des traits du visage, une figuration ethnique ? Force est de reconnaître que ces figurines sans jambes ni peds ne nous livrent rien de leur signification ni de leur fonction. Mais elles apportent un témoignage supplémentaire de la richesse et de la complexité de l'art égyptien, dès l'époque prédynastique".

exposition

  • La statuette est présentée dans l'exposition Eternités, aux côtés de deux autres statues d'homme aux bras levés.

Parmi les rares statuettes aux bras levés et jambes jointes trouvées dans les tombes, les figurines à visage humain ou à « tête d’oiseau » chevelue sont exceptionnelles. Longtemps assimilées à des danseurs, ces statuettes ont des caractéristiques physiques laissant finalement supposer un rôle plus symbolique.

Figurines with human faces or with hairy "bird heads" were exceptional amongst the rare statuettes with raised arms and joined legs found in tombs. For a long time assumed to be dancers, these particular statuettes have physical characteristics which ultimately lead us to believe that they played a more symbolic role.

  • Sa notice fait également écho à l'exposition temporaire Corps rebelles et à sa thématique sur la danse (13/09/2016-05/03/2017).

sources complémentaires

bibliographie sélective

liens

 

Éditeur : 
Musée des Confluences
Modifié le : 
18 Août 2016
Crédits : 
musée des Confluences (Lyon,France), CC BY-SA