Musée des confluences

Super Cocotte

 

utilisation

La cocotte SEB est destinée à l'usage d'une famille plus ou moins importante selon la capacité de l'autocuiseur : ce modèle de 8 litres convient à une famille de plus de 5 personnes. Malgré le refus du Salon des Arts ménagers de l'exposer en 1954, elle connaît un succès fulgurant et devient vite l'emblème de la marque : il s'en est vendu 55 millions en 50 ans. Elle permet un gain de temps considérable pour la cuisson des repas, ce qui a provoqué de nombreux débats dans un pays où la cuisson mijotée et le rôle traditionnel de la femme sont difficilement remis en cause. La Super Cocotte participe donc à la libération de la femme, tout en permettant un usage traditionnel pour braiser et mijoter les aliments.

description

La Super Cocotte SEB est composée d'un corps embouti muni de poignées en bakélite marron, et d'un couvercle en aluminium muni d'une poignée en bakélite et d'une soupape de sûreté en bakélite et en aluminium.
C'est la première cocotte commercialisée par SEB : elle s'appelle alors Super Cocotte, le nom de cocotte-minute ne devenant une marque déposée qu'à la fin des années 1960. D'autres sociétés françaises et étrangères avaient déjà produit, dans les décennies précédentes, des autocuiseurs basés sur le même principe de cuisson par augmentation de la pression et de la température. Le modèle produit par SEB se distingue néanmoins par sa robustesse et sa légèreté, liées à la technique d'emboutissage : le corps en aluminium, composé d'une seule pièce, ne risque pas de fuir ou d'exploser ; de plus, il conduit bien la chaleur et se nettoie aisément. Elle n'a pas cessé d'évoluer jusqu'à aujourd'hui en variant les matériaux, les systèmes de fermeture, la programmation et la vitesse de cuisson.

exposition

Cette cocotte est présentée dans l'exposition Sociétés, aux côtés d'autres cocottes et ustensiles culinaires pour préparer et cuisiner les aliments. Grâce à la vapeur sous pression, les cocottes-minute réduisent le temps de cuisson des aliments. Comme les poêles antiadhésives, elles doivent en grande partie leur succès à une cuisine plus saine, plus économe en matières grasses.

Cet ensemble d’objets permet également de s'interroger sur les mécanismes de l'innovation dans le quotidien. Les innovations sont présentes dans tous les objets de notre vie quotidienne, qu’il s’agisse des ustensiles culinaires ou des objets communicants. L’innovation est toujours une aventure, qui part d’une idée et prend corps dans une réalité tangible. Elle peut être d’ordre technique ou social, connaître des ruptures, des échecs, voire nous échapper dans ses conséquences ou ses usages. Certes, l’innovation répond à des besoins, plus ou moins explicites, mais elle peut également les créer, quitte à alimenter le cycle de consommation sans fin de nos sociétés occidentales.

En introduisant l’innovation dans les cuisines, les fabricants de petit électroménager renouvellent depuis un siècle nos pratiques culinaires. Le temps consacré aux tâches quotidiennes se réduit et s’adapte aux nouveaux rythmes de travail et aux modes de vie d’aujourd’hui.

sources complémentaires

bibliographie sélective

  • Brayet Aurélie, Ma cocotte bien aimée, histoire et mémoire d’un objet quotidien, Saint-Etienne, Publications de l’Université, collection Objets et Patrimoine, 2009.
  • Coll., Chroniques du bien vivre, les 150 ans du Groupe SEB, Paris, Félix Torres éditeur, 2007.
  • Delaunay Quynh, "Innovations et sociétés : les ustensiles culinaires de préparation et de cuisson", étude réalisée pour le Musée des Confluences, 2008, 34 p.

lien

  • histoire du groupe SEB (Société d'Emboutissage de Bourgogne).

 

 

 

 

Éditeur : 
musée des Confluences (Lyon, France)
Modifié le : 
2 Avril 2015
Crédits : 
Dépôt du Conservatoire Groupe SEB, Saint-Priest