Musée des confluences

Vajrapani

 

exposition

Cette statuette est présentée dans l'exposition Sociétés, dans la vitrine consacrée au rôle du pouvoir religieux dans l'organisation des sociétés.

La plupart des sociétés modernes tendent à séparer le politique du religieux et la vie sociale reste fortement organisée par la répétition de pratiques symboliques. Au Tibet et au Japon, les rituels politiques et religieux se soutiennent mutuellement. Le prince et le dieu cohabitent au rythme de célébrations collectives qui exaltent les pouvoirs. Les cérémoniels, hier comme aujourd’hui, nourrissent et entretiennent la croyance. Ils renforcent ainsi les sentiments d’appartenance et l’emprise des institutions. Dans le bouddhisme, comme en toute religion, l’objet du culte est associé aux gestes et aux paroles. Investi par le rite, l’objet est le support et la preuve du sacré. Il est l’outil indispensable de la croyance.

Chaque divinité symbolise un aspect du bouddhisme et fait l’objet d’un culte ou d’une vénération en fonction des aspects qu’elle incarne. Si le bouddha Amitayus procure santé et longue vie, le bodhisattva Vajrapani incarne les pouvoirs des bouddhas en tant que protecteurs et destructeurs des obstacles.

bibliographie sélective

Roustan Delatour Christophe, "Catalogue de la collection tibétaine et himalayenne du Musée des Confluences (ancien Muséum de Lyon)", in Cahiers scientifiques du musée des Confluences, fascicule 14, 2007, p. 5-84.

Éditeur : 
Musée des Confluences
Modifié le : 
27 Avril 2015
Crédits : 
Musée des Confluences (Lyon,France)