Accueil

Site web en cours de refonte
Suivez l'actualité du musée sur la lettre d'info, le blog chantier(s) et les réseaux sociaux.

Retour page précédente Imprimer la pageRéagir à cette pageEnvoyer à un ami
 

Programme

Grâce à la collaboration du Service Pr@tic de l'ENS Lyon,
retrouvez ci-dessous la présentation et les enregistrements vidéos
de chaque conférence du cycle 2011-2012 Confluence des savoirs

Cliquer sur un titre pour afficher sa présentation ou ici pour toutes les afficher


"Le capitalisme et ses crises"

(dans le cadre des journées de l'Économie organisée par la FSLSE)

le 4 octobre 2011 à 18h30 à l'ENS.
Nicolas Baverez, économiste et historien.
Logorama, film d’animation.
 Voir la video au format mp4
ou mp3 (audio seul).

Nicolas Baverez,
Économiste et historien, Nicolas Baverez est également éditorialiste au Monde et au Point et l’auteur de plusieurs livres dont « Après le Déluge : essai sur la grande crise de la mondialisation », (Perrin 2009), « En route vers l'inconnu » (Perrin, 2008) « Que Faire ? Agenda 2007 ? » (Perrin, 2006), « Nouveau Monde, Vieille France » (Perrin, 2006), « Raymond Aron : penser la liberté, penser la démocratie » (Gallimard, Quarto, 2005), « La France qui tombe » (Perrin, 2003), « Raymond Aron, un moraliste au temps des idéologies » (Flammarion, 1993). Il est membre du Comité de direction de la revue Commentaire et du Comité directeur de l’Institut Montaigne.

« La mondialisation, qui est au principe du XXIème siècle, se définit par l’universalisation du capitalisme, par un système multipolaire et par l’hétérogénéité des cultures. Elle est entrée depuis 2007 dans une grande crise qui modifie profondément sa régulation et constitue aussi une formidable accélération de l’histoire, marquée par le basculement du centre de gravité de l’économie internationale vers les pays émergents et par le déclin de l’Occident qui a dominé la planète depuis le XVIème siècle. Le choc déflationniste a été surmonté grâce aux leçons acquises au cours des grandes crises du XXIème siècle, notamment durant les années 1930. La récession a été surmontée, mais non pas la crise qui mute, ajoutant aux bulles spéculatives de nouveaux déséquilibres comme la dette publique des pays développés, le renouveau de l’inflation, le chômage de masse qui touche en particulier les jeunes. La mondialisation se restructure et se polarise, appelant des politiques économiques inédites. D’où la nécessité de doter la mondialisation d’institutions et de règles, tout en poursuivant l’adaptation des modèles économiques et sociaux. Les Etats-Unis et la Chine se sont engagée dans cette nouvelle grande transformation. Le Japon, frappé par une succession de tragédies, et l’Europe, enfermée dans ses divergences et ses divisions, peinent à prendre la mesure de cette nouvelle donne et risquent de se trouver marginalisés par l’avènement des émergents avides de revanche. »
 

Logorama, film d'animation.
Logorama a été réalisé au sein du collectif de réalisateurs H5 par François Alaux, Hervé de Crécy et Ludovic Houplain, auteurs de nombreux clips et régulièrement exposés en tant qu'artistes.

Une course poursuite effrénée, des animaux sauvages lâchés dans la ville et une prise d’otage qui tourne au drame au cœur d’un Los Angeles entièrement revisité ; près de trois mille logos de marques du monde entier ont ainsi été détournés pour former les décors et les personnages du monde de Logorama.
Logorama a reçu l’oscar en 2010 et le césar en 2011 du meilleur court-métrage.

Production : Nicolas Schmerkin (Autour de Minuit)
 


"Le hasard et la vie : vers une révolution copernicienne en écologie ? Le monde est-il profondément incertain ?"

(Dans le cadre de l'année de la biodiversité)

le 8 novembre 2011 à 18h30 à l'ENS.
Alain Pavé, Professeur à l'Université de Lyon.
Jacques Roux, auteur, réalisateur et metteur en scène.
 Voir la video au format flash
ou télécharger au format mp4 (video vignette) ou mp3 (audio seul).

Alain Pavé,
Professeur à l’Université de Lyon, spécialiste de la modélisation en biologie et en écologie, est correspondant de l’Académie d’Agriculture et membre de l’Académie des Technologies, directeur du programme Amazonie du CNRS, il a participé à la mission sur l’interdisciplinarité du CNRS. Ses réflexions sont le fruit d’une expérience en Guyane d'implantation d'équipes du CNRS et de direction du programme interdisciplinaire du CNRS dévolu à l’étude des systèmes amazoniens. Alain Pavé est l’auteur de nombreux ouvrages dont le dernier est : La course de la gazelle. EDP Sciences, Les Ulis, 2011. Son expérience en Guyane est relaté dans le livre écrit avec Gaëlle Fornet : Amazonie, une aventure scientifique et humaine du CNRS, Galaade, 2010.

La vie sur la terre est soumise aux aléas de l’environnement. En réponse, les êtres vivants ont une propension à se diversifier : les descendants d’une même lignée diffèrent entre eux et certains sont plus aptes que d’autres à résister à ces aléas et à se reproduire. Les descendances successives conduisent alors à des formes de vie de plus en plus distinctes des précédentes. C'est la base de l’évolution biologique. La statistique et le calcul des probabilités permettent d’analyser cette variabilité. Mais ces méthodes efficaces et robustes ne disent rien sur son origine. Or, des processus biologiques et écologiques produisant du hasard ont été identifiés récemment à tous les niveaux d’organisation du vivant, de la cellule à l’écosystème. Ils dotent les systèmes vivants d’une propriété essentielle : celle d’une assurance pour la vie. Ces processus sont à la fois des produits et des moteurs de l’évolution biologique. Dès lors, le hasard apparaît comme au cœur du vivant et non plus comme un simple bruit de fond, peut-être l’ébauche d’une « révolution copernicienne » dans les sciences de la vie. Les systèmes vivants sont complexes, comme d'autres systèmes d'origines naturelles ou anthropiques, émergent alors les questions suivantes : tout système complexe n'engendre-t-il pas sa propre incertitude ? Le monde est complexe, est-il profondément incertain ? Comment faire avec ?
 

Vous avez dit hasard ?

Jacques Roux,
Auteur, réalisateur et metteur en scène. Il est aussi chercheur en sciences sociales au CNRS. Il a créé ART’M créateurs associés en 1987 et est l’auteur de la plupart des créations de ART'M.

Un personnage étonnant, mi-savant mi-magicien, fait irruption sur la scène. Il joue, il raconte des histoires de coups du sort et de coïncidence, il nous fait découvrir les clés insoupçonnées de l’imprévu et du probable qui se glissent dans nos vies. Assurément c’est un maître. Mais face au hasard, qui peut se dire vraiment le maître ? Tout peut arriver, là, au cours de la représentation. Par exemple si on tire au sort les chaises sur lesquelles on est assis, si une panne d’électricité imprévisible nous plonge dans le noir, si on se met à jouer aux dés ou à la roulette russe ? Ou à la loterie comme dans les stands des foires…

A travers de multiples expériences, naturelles ou historiques, quotidiennes ou carrément “cosmiques”, nous apprendrons à reconnaître dans le hasard un sacré personnage de théâtre. Le jeu en vaut bien la chandelle !

Ecriture et mise en scène : Jacques Roux,
Comédien : Olivier Rougerie,
Musique : Olivier Sébillotte,
Régie générale et lumières : Rémy Fonferrier,
Administration : Lucie Le Borgne-Birynczyk,
Une coproduction ART’M / La Rotonde-CCSTI de Saint-Etienne.
 


"Je et les autres, comment penser l'autre ?"

le 6 décembre 2011 à 18h30 à l'ENS.
Claire Mestre, psychiatre, psychothérapeute, docteur en anthropologie.
Willy Amarat, 'human beat box', et Thomas Fresneau, pianiste, compositeur et arrangeur.
 Voir la video au format mp4
ou mp3 (audio seul).

Claire Mestre,
Claire Mestre est fondatrice de l'association Mana, psychiatre, psychothérapeute, docteur en anthropologie. Médecin responsable de la consultation de médecine transculturelle au sein du CHU Saint André (Bordeaux), co rédactrice en chef de la revue L'autre, cliniques, cultures et sociétés

A partir de son expérience de clinicienne dans le soin psychothérapeutique transculturel auprès des populations migrantes : adultes, familles, mères et leur bébé, et son expérience d'anthropologue, Claire Mestre montrera comment la culture s'expérimente dans la relation interindividuelle dans le soin à l'autre. La culture sera envisagée non pas comme une substance immuable mais comme un ensemble de pratiques, de représentations et d'images qui s'élaborent ensemble.

A partir de là, le "vivre ensemble", les conditions de prise en compte de l'autre, dans des expériences sociales, en partant des difficultés des parents migrants dans la société d'accueil seront développés. Quelles conditions pour qu'ils soient porteurs d'une culture qui n'enferme ni ne stigmatise mais au contraire qui valorise ?
 

Bach in the days

Willy Amarat,
Willy Amarat, alias Rewind, Human beat box.
Rewind : mot anglais neutre qui signifie rembobinage.
Son premier instrument c’est l’oreille, éduquée aux vibrations musicales depuis toujours, de tous les métissages, de toutes les origines.
La culture de cet ancien membre du groupe Eska Crew, s’inspire du Turntablism scratch.
Artiste de Human Beatbox montant, il a remporté le titre de BATTLE OF THE YEAR en 2007, celui du BATTLE DE SAINT DENIS en 2008 et la deuxième place du DA MOUTH FIGHT 2008.

En collaboration avec le GRM de Paris, le vidéaste Pierre Nouvel, et l’ingénieur Thierry Coduys (IRCAM), il développe un projet réunissant sa discipline, la musique expérimentale et un système video innovant.
Ce croisement artistique lui a récemment permis d’être le premier Beatboxer Français à monter sur les planches d’un Opéra (Wroclaw/Pologne).
 

Thomas Fresneau,, pianiste, compositeur, arrangeur.
Pianiste, il s’oriente vers l’écriture musicale et l’orchestration au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris où il obtient cinq premiers prix. En 2004, la rencontre avec l’auteur compositeur interprète stéphanoise Sandrine Szymanski lui ouvre de nouveaux horizons musicaux. Cette association aboutit à la création de deux albums, en 2005 et en 2007, en tant que pianiste, arrangeur et coordinateur musical.

Avec un style et une inventivité rare, Rewind est un Human Beatboxer qui a fait le choix de captiver les foules sans platines ni vinyles mais seulement grâce à ses cordes vocales.
A la manière d’un Dj, il s’empare de n’importe quel style musical : Hip-Hop, Electro, Dub ou Jungle et il caresse aussi quelques morceaux de musique classique.

Afin de métisser ces diverses influences, il s’est associé au pianiste Thomas Fresneau pour créer Bach in the days un duo d’une surprenante vitalité, alternant sets contemplatifs ou planants.
Si la technique est bien sûr au centre des compositions, il n’en reste pas moins un projet accessible et étonnant, où le pantalon “baggy” côtoie le piano à queue.

Production : Le cinquième élément.
 


"Comment parler des techno-sciences, de leurs incertitudes et des choix qu'elles nous proposent."

le 7 février 2012 à 18h30 à l'ENS.
Dominique Pestre, physiscien et historien.
Annick Charlot, directrice artistique, chorégraphe et danseuse.
 Voir la video au format mp4
ou mp3 (audio seul).

Dominique Pestre,
Dominique Pestre est physicien de formation et historien. Il travaille sur les sciences des deux derniers siècles et réfléchit à ce que sont les savoirs scientifiques et à leur relation aux savoirs techniques et industriels, comme aux savoirs des populations, des associations de malades par exemple.
Il est co-éditeur de nombreux ouvrages, notamment Science in the Twentieth Century avec John Krige, et du Dictionnaire culturel des sciences avec Nicolas Wittkowski et Jean-Marc Levy-Leblond. Ses livres d'histoire des sciences incluent Physique et physiciens en France, 1918-1940 ; Louis Néel, le magnétisme et Grenoble ainsi que History of CERN, en collaboration, 3 volumes. Ses derniers livres s'intitulent Heinrich Hertz, L’administration de la preuve (PUF) ; Science, Argent et Politique (INRA) ; Les Sciences pour la guerre, 1940-1960 (EHESS, avec Amy Dahan) et Introduction aux Science studies (La Découverte).

Les sciences et techniques sont aujourd'hui au cœur de nos modes de vie et de développement. Elles sont, dans le même mouvement, à l'origine de nombre de solutions et de nombre de problèmes. Dans cette conférence, je regarderai les thèses suivantes et me demanderai quelles conséquences elles ont sur les attitudes que nous devons adopter.

  • Les sciences relèvent de l'ordre humain, elles sont fabriquées par des humains faits de chair et d'os, non par des Dieux.
  • La science moderne n'est pas seulement un mode de savoir mais une activité à vocation pratique et opératoire.
  • Les sciences ne sont pas principalement « tirées en avant » par leurs propres logiques. Les questions dont elles traitent, ce qu'elles étudient ou ignorent, dépendent des situations dans lesquelles elles se trouvent et des acteurs avec lesquels elles travaillent.
  • La science moderne et les techno-sciences ont toujours été liées aux pouvoirs de tous types, politiques et économiques notamment.
  • Les techno-sciences ne sont pas un véhicule neutre du progrès et elles ont leur propre « politique ».
  • Les techno-sciences n'ont jamais été attentives aux conséquences qui surgissent de la boîte de Pandore qu'elles réouvrent constamment – par exemple en matières environnementales.

Vivre ensemble avec les technologies.

Annick Charlot, directrice artistique, chorégraphe, danseuse.
Après des études scientifiques, Annick Charlot se lance dans la danse et crée la Compagnie Acte qu'elle dirige depuis 2000. Après plusieurs créations pour la Maison de la Danse et la Biennale de la danse de Lyon, elle explore la poésie des lieux habités, la danse aérienne sur façades et la contribution artistique d'habitants. Site Internet : www.compagnie-acte.fr

Dominique Pestre : Vivre ensemble avec les technologies que nous pouvons choisir car elles concernent nos corps et débattre de celles qui nous sont proposées collectivement, comme le nucléaire ou les OGM. S'approprier les savoirs, les sciences et les techniques, échanger et parler à leur propos.

Annick Charlot : Imprimer l'art dans la vie et rendre le sentiment d'appartenir au commun, pour dire, pour que l'on se dise.
DP : Peser sur les décisions, faire exister nos choix, en devenir maître. Penser nos problèmes en commun et tenir à distances ceux qui voudraient décider pour nous.
AC : S'approprier nos corps poétiques, un autre réel, sensible, au delà du matériel, quotidien.
DP : Construire nos utopies et nos protections ensemble.
AC : Créer des danses pour dire qui je suis et avoir le droit de demander à l’autre "qui es-tu ?"
DP : Et donc choisir notre avenir, le rendre possible et durable.
AC : Trouver le geste qui résiste, le mouvement qui accompagne.
 


"Les mathématiciens peuvent-ils prévoir l'avenir ?"

le 3 avril 2012 à 18h30 à l'ENS.
Étienne Ghys, directeur de recherche au CNRS.
Pierre Gallais, plasticien, mathématicien, et Jos Leys, artiste géomètre.
 Voir la video
Télécharger au format mp4 ou au format mp3 (audio seul).

Etienne Ghys
Étienne Ghys est directeur de recherche CNRS et travaille au sein de l’Unité de Mathématiques Pures et Appliquées de l’ENS Lyon. Ses travaux de recherche portent sur les aspects géométriques de la théorie des systèmes dynamiques. Il est rédacteur en chef de la revue en ligne Images des Mathématiques qui tente de faire découvrir au plus grand nombre la recherche mathématique et son environnement.

Galilée disait que "la nature est un livre écrit en langage mathématique". Pendant des siècles, beaucoup de mathématiciens n’hésitaient pas à rédiger des horoscopes… auxquels ils croyaient ! Aujourd'hui l'astrologie a quitté définitivement le domaine de la science et les mathématiques sont plus puissantes que jamais. La "déraisonnable efficacité des mathématiques dans les sciences de la nature", selon l'expression du physicien Wigner, n'a pas fini de nous surprendre. Et pourtant cette efficacité a (heureusement) ses limites. Le fameux effet papillon, emblème de la théorie du chaos, limite notre capacité à prévoir l'avenir : "le battement des ailes d'un papillon au Brésil peut engendrer un ouragan au Texas". Il est illusoire d’espérer connaître avec précision la position de la Terre dans cent millions d'années, ou encore de deviner le cours de la bourse dans trois semaines… Cette conférence essaiera de présenter la vision moderne de la théorie du chaos. Ce ne sont pas les papillons brésiliens qui vont empêcher les mathématiciens de continuer à travailler ! Il nous faudra repenser les concepts de prévision et de déterminisme, et ne pas hésiter à y ajouter un peu de probabilités.

Pierre Gallais, plasticien, mathématicien
Jos Leys, artiste géomètre.

Présentation de deux démarches artistiques singulières en lien avec les mathématiques.

Pierre Gallais est un plasticien mathématicien lyonnais. Si les mathématiques lui collent à la peau comme un vêtement bien taillé, il ne peut les concevoir que comme la sève qui nourrit l'arbre de ses productions.
Les mathématiques s'effacent devant les productions, comme se fait oublier la charpente sous la toiture. Toutefois, la toiture ne saurait exister sans charpente pour la soutenir (http://institutdemathologie.free.fr).

Jos Leys est un artiste géomètre, comme l’indique un article de Pour la Science qui lui est consacré. Ingénieur de formation, il quitte l’industrie en 2005 pour s’adonner à sa passion de l’art mathématique. Avec A. Alvarez et E. Ghys il est l’auteur de Dimensions : une promenade mathématique, film de mathématiques en images de synthèse qui a reçu le prix d’Alembert en 2010 (http://www.josleys.com/).
 


"L’obésité maladie ou adaptation à l'environnement ?"

le 15 mai 2012 à 18h30 à l'ENS.
Martine Laville, professeur de nutrition à l'Université Lyon 1.
Patrick Condouret, artiste.
 Voir la video au format mp4
ou télécharger au format mp3 (audio seul).

Martine Laville.
Martine Laville est Professeur de Nutrition à l’Université Lyon1, Praticien Hospitalier aux Hospices Civils de Lyon. Elle dirige le Centre Européen de Nutrition pour la Santé. Elle préside le Fonds Français pour l'Alimentation et la Santé. Elle s’intéresse tout particulièrement aux mécanismes d’adaptation aux changements nutritionnels. Elle est impliquée dans les stratégies de prévention et de traitement de l’obésité.

On assiste dans le monde entier à un important changement de la morphologie des populations avec une épidémie généralisée d’obésité. Parallèlement l’espérance de vie dans les pays développés n’a jamais été aussi bonne. Faut il avoir peur de ce phénomène ou considérer que c’est simplement une adaptation aux importants changements de mode de vie que nous subissons ? Les conséquences sur la santé de la prise de poids sont bien étudiées et montrent que celle-ci est en cause dans le développement de nombreuses maladies y compris le cancer. Il s’agit cependant de la conséquence des changements que nous avons dans nos façons de nous alimenter et de l'importante diminution de notre activité physique. Il ne sera sans doute pas possible de renverser cette progression de l’obésité sans changer à notre mode de vie. Cela nécessite plus qu’une simple volonté des personnes souffrant d’obésité mais implique aussi l’offre alimentaire, les politiques sociales et économiques, l’urbanisme… C’est seulement par une approche systémique que l’on pourra faire diminuer de façon significative les maladies liées à la nutrition.

Représente le corps aujourd’hui.

Patrick Condouret, artiste.
Patrick Condouret : artiste plasticien, médiateur culturel au Musée d’Art Moderne de St-Etienne Métropole, enseignant en Arts Plastiques et Histoire de l’Art à L’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de St-Etienne et de Lyon.

Depuis les années 1960, un positionnement radical non seulement du corps du modèle mais aussi de l'artiste et du spectateur a modifié de nombreuses conventions. Les bouleversements sociaux et politiques qui ont transformé la société ainsi que l'évolution des arts et des sciences ont eu une profonde influence sur la manière dont les artistes appréhendent et représentent aujourd'hui le corps humain.
Provocantes, repoussantes ou attirantes, ces démarches artistiques donnent au corps une nouvelle dimension. Outil de communication d’idéaux et de contestation, support de revendications et de provocations, surface d’inscription de l’œuvre, matériau de création et de destruction, le corps est au coeur de l'art contemporain au service de la liberté d’expression.
Ces esthétiques reposent sur la relation instaurée avec le spectateur qu'elles cherchent à sensibiliser - par empathie physique et spirituelle - à sortir de sa passivité, à modifier ses habitudes de penser et prendre conscience de sa corporalité.
Nous étudierons des thèmes tels que : la place de l'individu dans la société, l'hybridation du corps, le beau et le monstrueux, l’intime, le corps génétique et le corps transfiguré, les notions d'identité et de différence…
Autant de problématiques qui révèlent à quel point le corps est au centre des préoccupations de toute une génération d'artistes.
 


"L'homme et ses œuvres à la lumière synchrotron"

le 11 juillet 2012 à 19h à l'ENS.
Michel van der Rest, professeur émérite de l'ENS Lyon, ancien directeur général du Synchrotron Soleil,
Robert van Langh, directeur de la conservation du Rijksmuseum d'Amsterdam.

Une conférence à destination du grand public pour faire connaître les apports des synchrotrons dans de nombreux domaines de la recherche scientifique.
Avec Michel van der Rest, Professeur émérite de l'ENS Lyon, ancien directeur général du Synchrotron SOLEIL, et Robert van Langh, Directeur de la conservation du Rijksmuseum, (Amsterdam), qui mettront respectivement l'accent sur deux grands domaines dans lesquels des résultats particulièrement marquants ont été obtenus : les sciences de la vie et de la santé et l'étude des objets du patrimoine.

Michel van der Rest
Professeur émérite de biochimie à l’Ecole normale supérieure de Lyon, Michel van der Rest a mené des recherches au Canada et en France sur les collagènes et les pathologies qui leur sont liées. Il a dirigé l’Institut de Biologie Structurale de Grenoble de 1994 à 2001. De 2005 à 2007, il a été directeur du Département des Sciences du Vivant au CNRS, avant de prendre, de 2007 à 2011, la direction du synchrotron national français SOLEIL près de Saclay au sud de Paris. Revenu à Lyon en 2011, il dirige la fondation FINOVI en infectiologie et est vice-président du Conseil du synchrotron européen ESRF à Grenoble.

Michel van der Rest expliquera en quoi l’analyse atomique des grands complexes macromoléculaires, comme le ribosome (Prix Nobel de chimie 2009, à gauche), permet de mieux comprendre le fonctionnement des cellules et des organismes. La détermination de la structure de virus entiers donne de précieuses indications sur leur stratégie pour pénétrer les cellules et prendre le contrôle de leur cible.
Ces connaissances peuvent être mises à profit pour développer de nouveaux moyens de défense contre les agents infectieux.
D’autres travaux utilisent l’imagerie multidimensionnelle pour élargir et affiner l’analyse anatomo-pathologique sur des échantillons particulièrement critiques pour le diagnostic et/ou le suivi thérapeutique.

Robert Van Langh
Après une formation d’orfèvre à Anvers, Robert Van Langh a appris le métier de restaurateur d’objets en métal à l'Institut National Supérieur des Beaux-Arts, également à Anvers. Après un passage en 1995 au Tropenmuseum d’Amsterdam, il devient restaurateur au Rijksmuseum. En 1998 il travaille au Sherman Fairchild Centre for Objects Conservation, qui abrite les ateliers de restauration du Metropolitan Art Museum de New York. Depuis 2006, il dirige le Département de la Conservation et de la Restauration du Rijksmuseum. Il continue toujours à s’intéresser particulièrement aux objets en métal.

Robert Van Langh, expliquera, exemples à l’appui, comment l’utilisation du rayonnement synchrotron peut donner une foule d’informations pour mieux connaître la manière dont les œuvres d’art ou d’usage ont été réalisées, entretenues et conservées.
Les résultats d’analyse sur synchrotron donnent aussi de précieuses indications sur l’évolution et l’éventuelle dégradation de ces objets au fil du temps et permet, lorsque c’est possible, de proposer les moyens de conservation et de restauration les mieux adaptés. La très large palette des énergies ("des couleurs") du rayonnement synchrotron permet d’obtenir des informations précises et quantitatives sur les pigments utilisés par les artistes et leur évolution. La pénétration des rayons X à l’intérieur des matériaux permet de révéler des structures invisibles par d’autres moyens (la peinture "sous la peinture", les structures internes des objets, même métalliques, les restaurations anciennes).


Organisateurs
Site SRI2012 Logo ESRF Logo Synchrotron Soleil

Partenaires
Logo ENS de Lyon Logo Fondation Bullukian Logo Département du Rhône

Logo Région Rhône-Alpes

Télécharger l'affichette.

Archives

Sélecteur de l'année

 

Infos pratiques

École Normale
Supérieure de Lyon

Amphithéâtre Ch. Mérieux
46, allée d’Italie
69007 LYON Gerland
www.ens-lyon.org

Entrée libre et gratuite

Accès en fauteuil
(6-7 places)

Renseignements
Tél : 04 72 69 05 00