Nouveauté : Spécimens sensibles de Fanny Chiarello

Spécimens sensibles – Fanny Chiarello
Nouveauté à paraître dans la collection Récits d’objets : Spécimens sensibles. Dans cet ouvrage, disponible dès le 4 octobre en librairie, Fanny Chiarello interroge avec force notre rapport au vivant et les liens entre humains et non-humains.

La collection Récits d’objets

Depuis 2014, le musée des Confluences invite des auteurs à écrire sur ses collections. Chacun choisi un objet et propose ensuite un court récit.

Parmi les derniers objets sélectionnés : une robe de mariée lumineuse, une ammonite irisée ou encore des harpes ngombi du Gabon. Le choix de Fanny Chiarello s'est porté sur un canard colvert présenté dans l'exposition Espèces, la maille du vivant.

Résumé

Si homo sapiens a depuis bien longtemps pris certaines distances avec le monde animal, il tend parfois à oublier qu’humains et non-humains appartiennent à un seul et même grand ensemble : le vivant. Diverses entreprises, depuis la domestication jusqu’à l’observation en passant par la taxidermie ou l’art, se sont efforcées de créer du lien entre ces espèces, sans jamais totalement faire disparaître une forme de hiérarchie.
Mettant en parallèle le sort d’un colvert naturalisé et celui de canetons abandonnés dans un environnement urbain hostile, Fanny Chiarello s’efforce de parler, non pas à leur place, mais pour les animaux. Elle rappelle que l’espèce humaine n’est qu’une parmi d’autres, bien qu’elle jouisse du rare privilège d’être de celles « qu’on n’empaille pas ». Appelant de ses vœux une véritable coexistence, qui ne se limite pas à un voisinage indifférent, voire agressif et intrusif, elle questionne notre rapport à la conservation et à l’éternité. Elle éprouve la justesse d’un langage qui conditionne infailliblement nos pensées et nos actions, à l’image des notions de sensibilité et d’humanité, qui semblent implicitement induire une forme de supériorité de l’humain.

Infos pratiques

Dimanche 14 juillet, le musée sera ouvert de 10h30 à 18h30.