Étude et collecte de perles magiques à Madagascar

Vue d’un étal du marché d’Isotry-Petite Vitesse

Identification

Mission Madagascar 2018. Perles magico-religieuses – collecte de terrain.

Contexte

Le musée des Confluences possède une importante collection d’objets liés à la religion traditionnelle malgache, constituée dans sa majeure partie par le fonds Charles Renel. Collectée par ce dernier, pour le compte de l’administration coloniale, de 1906 à 1925, lorsqu’il était directeur de l’enseignement sur la Grande-Île, elle est essentiellement composée de talismans de type ody mohara et de bois médicinaux.
Dans ce fonds, on distingue une série de perles, vakana, qui faisait probablement partie de la collection d’étude de Charles Renel. Ces perles forment un ensemble de douze perliers1 probablement constitués au musée dans les années 1930.

Plus de cent ans après la constitution de cette collection de perles, le musée des Confluences a souhaité actualiser les connaissances sur le sujet en interrogeant les pratiques magico-religieuses malgaches contemporaines. La rencontre avec Olivia Legrip-Randriambelo, docteure en anthropologie de l’Université Lumière-Lyon 2 et spécialiste des religiosités malgaches, ainsi que la préparation au musée des Confluences d’une exposition consacrée à la magie2 ont conduit le musée à envisager une collecte ethnographique de perles magico-religieuses à Madagascar ayant pour triple objectif de :

  • documenter les collections de perles de Charles Renel en complétant les informations manquantes sur les perliers ;
  • faire constituer un perlier contemporain complet (chaque perle associée à son nom vernaculaire) et compléter le fonds des collections par l’achat de perles et de talismans ;
  • réaliser une étude de terrain permettant d’interroger les pratiques magico-religieuses malgaches contemporaines et la place que les perles y occupent.

Le terrain s’est déroulé en deux phases distinctes sur une durée de deux semaines.

Une première phase de collecte, conduite uniquement par Olivia Legrip-Randriambelo, s’est déroulée du 2 au 13 août 2018 à Fianarantsoa. La seconde phase de la collecte a été conduite conjointement par Marie Perrier, chargée des collections Afrique et Océanie au musée, et Olivia Legrip-Randriambelo du 14 au 22 août 2018 à Antananarivo et sa banlieue.

Les cinquante-trois objets acquis lors de la mission de Marie Perrier et Olivia Legrip-Randriambelo à Fianarantsao et Antananarivo (Madagascar) ont été inventoriés en 2018.17.


1Perlier : répertoire des perles utilisées pour la composition des talismans, ody (cf. p.17). Numéros d’inventaire des douze perliers, MHNL : MC285, MC286, MC287, MC291, MC292, MC293, MC297, MC298, MC299, MC303, MC304 et MC305.
2Exposition en co-production avec le Muséum d’histoire naturelle de Toulouse (2020-2021, sous réserve).

Description

Le fonds d’archives Madagascar se décompose en quatre parties :

  • une première partie administrative liée à l’organisation de la mission ;
  • une deuxième partie regroupant l’ensemble des matériaux de terrain qui constituent le cœur du fonds et comprend : les photographies, audiovisuels et entretiens effectués lors de la mission ainsi que les carnets de terrain et de collecte d’objets ;
  • une troisième partie liée aux activités de recherche et de publication des productrices relatives à la collecte de terrain ;
  • une quatrième et dernière partie relative à la valorisation du fonds ethnographique.

Gallery

Perles sur un étal du marché d’Isotry-Petite Vitesse
© musée des Confluences
Vue d’un étal au marché d’Analakely
© musée des Confluences
Vue de l’étal de Mme Kekely au marché d’Isotry-Petite Vitesse
© musée des Confluences
Expérimentation de la fabrication des perles par les collectrices dans la fabrique de perles Monsieur Germain
© musée des Confluences
Infos pratiques

Dimanche 14 juillet, le musée sera ouvert de 10h30 à 18h30.