Au revoir loulou

Loup dans l'exposition Espèces la maille du vivant
Le loup, présenté dans l’exposition Espèces, la maille du vivant rejoindra l’exposition temporaire Magique au mois d’avril.

Qui remplacera le loup ?

Heureusement, son emplacement ne sera pas vide très longtemps. Des prétendants attendent déjà pour prendre sa place et rejoindre les tigres, la girafe, le kangourou… dans l’exposition.

Parmi les nombreux spécimens qu’abritent les réserves du musée, 3 espèces non représentées dans l'exposition ont été sélectionnées pour leur place singulière dans le buisson du vivant : une hyène rayée, un glouton et un capybara. 

Laquelle de ces espèces remplacera le loup ? Le musée vous propose de choisir en votant pour votre favori.

Mais avant de passer au vote, intéressons-nous un peu plus en détails aux trois candidats.

L'hyène rayée, une espèce mal aimée

  • Nom binominal : Hyaena hyaena
  • Habitat : Afrique, Moyen-Orient et Inde
  • Régime alimentaire : carnivore et charognard
  • Statut : en voie de disparition, il ne reste à l'état sauvage qu'environ 10 000 individus
Mode de vie

L'hyène rayée est la plus solitaire des 4 espèces de hyènes. Préférant une activité nocturne ou crépusculaire, elle se réfugie le jour sous un buisson ou dans la tanière d’un petit animal. Elle vie entre 20 et 25 ans, et mesure 70 cm pour 30 à 40 kg maximum. Injustement considérée comme prédateur de l’Homme et du bétail l’hyène rayée est gravement persécutée par empoisonnement, la chasse et le piégeage. Il ne reste à l'état sauvage qu'environ 10 000 individus.

Alimentation

Chassant parfois de petites proies, elle préfère se nourrir de carcasses laissées par les gros prédateurs. Évitant les autres charognards qui se servent les premiers, elle se contente d’une nourriture maigre. Elle se différencie des autres hyènes par un régime plus omnivore. Ainsi, elle peut manger charognes, carcasses, petits mammifères, fruits, insectes, plantes, oiseaux et petits vertébrés.

Habitat

On la rencontre dans de nombreux pays d’Afrique, du Moyen-Orient ou d’Asie. Elle délimite son territoire, autour de sa tanière et communique par des cris en redressant les poils de sa crinière afin de paraître plus impressionnante.

Reproduction

Elle met au monde un à quatre petits dans un terrier creusé entre des rochers. Les nouveau-nés ouvrent les yeux au bout d’une semaine et commencent à manger de la viande vers un mois.

Anecdote

Comme tous les charognards, pourtant indispensables, l'hyène rayée a mauvaise réputation. Les films du « Roi Lion » y sont certainement pour beaucoup. Mais injustement ! Dans les films, les partisantes de Scar sont des hyènes tachetées, cousines des hyènes rayées, mais beaucoup moins solitaires. C’est aussi à ces hyènes tachetées que l’on associe le fameux rire des Hyènes. Attention à ne pas les confondre !  

Mais si la réputation de l'hyène rayée est si mauvaise, c’est aussi parce qu’en déposant quantité d’os à l’entrée de sa tanière, on la croit voleuse de cadavre, fréquentant les cimetières ! On pense aussi, à tort, qu’elle s’attaque au bétail, ce qui lui vaut parfois d’être abattue par les fermiers. Pourtant dans certains villages, les habitants la tolèrent afin qu’elle mange leurs détritus. Elle sert ainsi d’éboueur naturel.

On la retrouve souvent dans la symbolique africaine, représentée chevauchée par les sorciers apportant le mal. Dans la symbolique orientale, elle représente la trahison et la stupidité.

Le glouton, l'animal le plus féroce du Grand Nord

  • Nom binominal : Gulo gulo
  • Habitat : Amérique du Nord et Eurasie
  • Régime alimentaire : omnivore à dominance carnivore
  • Statut de conservation UICN : espèce menacée, préoccupation mineure
Mode de vie

Malgré ses dimensions modestes (de 35 à 50 cm pour un poids entre 6 et 25kg), ce carnivore est considéré l'un des plus dangereux du Grand Nord. Redoutable prédateur, très vorace, doté d'une grande force, le glouton est également extrêmement rusé et possède un incroyable instinct de survie. Ainsi, s'il est pris au piège, il tentera par tous les moyens, jusqu'au bout, de s'échapper. Un comportement qui lui a valu d'être appelé "carcajou", "Kwi Kwa ju", par la tribu amérindienne des Micmacs. Un nom qui signifie "esprit maléfique".

Alimentation

S'il s'appelle "glouton", ce n'est pas pour rien ! Ce carnivore se nourrit principalement de carcasses, et peut broyer des os et de la chair congelés grâce à sa mâchoire puissante. Mais ce prédateur à l'appétit insatiable n'hésite pas non plus à chasser des lièvres ou des renards, y compris des proies bien plus imposantes que lui. Il peut ainsi s'en prendre à des cerfs, des wapitis ou des élans. A titre de comparaison, un élan adulte peut mesurer plus de 2 m contre 50 cm pour le glouton.

Habitat

Il vit aussi bien dans la taïga et la toundra, que les forêts ou les prairies, principalement au Canada et en Alaska, mais on en trouve également dans les pays du grand nord européen, ainsi qu'en Europe de l'Est.

Reproduction

La femelle glouton est capable de ralentir sa gestation en suspendant la nidification de l’œuf fécondé dans l’utérus pendant plusieurs mois. Elle peut attendre entre 2 et 9 mois jusqu’à ce que les conditions soient plus favorables à la reprise de la gestation et la naissance des petits. Elle donne ensuite naissance à 2 ou 3 petits.

Anecdote

De nombreux super-héros sont inspirés d'animaux. C'est notamment le cas de Spider-Man (« l’Homme araignée »), ou d'Ant-Man (« l’Homme fourmi »). Quant au glouton, avec son appétit vorace, sa férocité, son courage et ses grandes griffes rétractiles, il a inspiré le personnage de Wolverine, dans les comics X-Men. En anglais, "Wolverine" signifie d'ailleurs glouton, ou carcajou (son nom québécois).

Le capybara, un rongeur de la taille d'un mouton

  • Nom binominal : Hydrochoerus hydrochaeris
  • Habitat : Amérique du Sud (Brésil, Guyane, Bolivie, Argentine, Uruguay, Venezuela)
  • Régime alimentaire : herbivore 
  • Statut de conservation UICN : espèce évaluée, préoccupation mineure
Mode de vie

Gros comme un mouton, le capybara adulte mesure entre 1 mètre et 1,4 mètres de long et pèse jusqu’à 70 kilogrammes. C’est le plus gros rongeur du monde ! Sociaux, les capybaras vivent en groupes d’environ 20 individus. Après une matinée sur terre, le capybara se rafraîchit souvent dans l’eau l’après-midi. Il peut y passer des heures, dissimulé dans la végétation flottante. Ses yeux, ses courtes oreilles noirâtres et ses narines sont situés haut sur sa tête pour lui permettre de voir et de respirer pendant qu’il nage.

Alimentation

Le capybara est un herbivore se nourrissant principalement des herbes et des plantes aquatiques. Il a la particularité d’être coprophage, c’est-à-dire qu'il mange ses propres excréments. Cela l’aide à mieux digérer la cellulose des plantes qu’il ingère pour en extraire le maximum de protéines ! Comme la majorité des rongeurs, ses dents grandissent perpétuellement pour compenser l'usure constante due à la mastication de végétaux.

Habitat

Le capybara vit en Amérique du Sud (Brésil, Guyane, Bolivie, Argentine, Uruguay, Venezuela). Ils vivent uniquement dans des habitats où l'eau est présente en abondance : principalement prairies inondables, mais également marécages, estuaires, berges, … Tant qu'ils trouvent de quoi brouter et se baigner, les capybaras peuvent se satisfaire de nombreux types d'environnements.

Reproduction

Les accouplements se déroulent toute l'année dans l'eau après une parade nuptiale terrestre. Après environ 150 jours de gestation, la portée comprend trois ou quatre petits capables de se nourrir et de suivre leurs parents quelques heures après leur naissance.

Anecdote

Les capybaras sont polygames et peuvent s'accoupler avec de nombreux individus au sein de leur groupe. Les petits sont parfois laissés aux bons soins d’un adulte pendant que les autres vont paître, se baigner ou se rouler dans la boue. Pendant cette garde une femelle pourra allaiter ses petits ou les petits d’une autre femelle avec indifférence.

Votez dès maintenant pour votre favori !

Le sondage est maintenant terminé ! Félicitation au capybara, qui remporte le sondage.

Le loup vous manque déjà ? Découvrez l'exposition Magique qu'il rejoindra dès le 15 avril

Infos pratiques

Le musée est ouvert jeudi 26 mai de 10h30 à 18h30.

Tous les horaires