L'architecture

Musée des confluences - Vue aerienne
À la confluence du Rhône et de la Saône, une pointe de terre qui ouvre aux horizons du Monde.

Un emplacement géographique exceptionnel

Le musée des Confluences se caractérise d’abord par son nom et sa forme architecturale. Le terme de confluences désigne, en premier lieu, un emplacement géographique exceptionnel. Immédiatement en aval du musée, les eaux du Rhône et de la Saône se rejoignent et évoquent déjà les notions de mélange, de mixité et de fluidité.

Un « bâtiment paysage »

Le concept développé par l’agence autrichienne CoopHimmelb(l)au repose sur l’idée de construire un musée qui n’entrave pas l’accès à la nature mais qui constitue un passage des éléments bâtis vers la nature. Pensé comme un pont, le musée permet au visiteur de traverser son hall et ses espaces sans être contraint d’acheter un billet et d’aller voir une exposition.

De l’extérieur, le musée ne présente pas de façade principale mais autant de facettes qui, selon les points de vue, façonnent une silhouette singulière, fluide et mouvante.

Vivre ce bâtiment, c’est entrer dans le propos du musée. L’architecture matérialise cet équilibre entre le dedans et le dehors, entre le présent et l’histoire, entre nature et culture. À l’image des eaux du Rhône et de la Saône qui se mêlent sur plusieurs kilomètres après la confluence, le musée participe de son environnement autant qu’il l’explique.

D’une grande fonctionnalité, son architecture s’adapte à l’accueil des publics comme à la conservation et la présentation des collections. En plus du Socle, sur lequel il repose comme un pont sur ses piles, deux éléments distincts le composent. Baigné de lumière, le Cristal, son hall monumental, s’ouvre vers la cité en invitant à venir le visiter. Le Nuage abrite le parcours permanent et les expositions temporaires.

Tour de force architectural

Le Puits de gravité porte l’ensemble de la structure : la verrière s’infléchit vers le bas pour former le puits descendant jusqu’au socle de béton. Autour de lui s’enroulent les passerelles d’accès aux étages du musée.

« Depuis les voûtes gothiques, l’architecture s’emploie à surmonter la gravité. Dans nos projets, nous cherchons à créer des espaces dynamiques, fluides. Et c’est à chaque fois fascinant de se tenir à l’intérieur de ces espaces bâtis ».

Extrait de l’entretien avec Wolf D. Prix, architecte et co-fondateur de Coop Himmelb(l)au Confluences, genèse d’un musée (édité par le musée des Confluences et Flammarion – 2014).

Galerie

Cristal, hall d'entrée du musée des Confluences
© musée des Confluences - Thomas Aupet
Passerelle musée des confluences
© musée des Confluences - Anne Bouillot
Jardin musée des confluences
© musée des Confluences - Maxime Brochier
Interieur musée des confluences
© musée des Confluences - Anne Bouillot
Exterieur musée des confluences
© musée des Confluences - Maxime Brochier
Vue du musée des confluences
© musée des Confluences - Antoine Merlet
Musée des confluences - Vue aerienne
© musée des Confluences - Olivier Guerrin