Musée des confluences

Bière de manioc

Dossier thématique
"Piyarentsi"

ph32259.jpg

eunes filles en train d’écraser les morceaux de manioc dans la gamelle
© Jabiru Prod – Serge Guiraud

Description

Les Ashaninka ont pour tradition de confectionner une boisson fermentée à base de manioc, nommée Piyarentsi.

Cette bière de manioc accompagne le quotidien des Ashaninka. Elle peut-être plus ou moins fermentée : s’il s’agit d’une consommation familiale, la boisson sera plutôt douce ; s’il s’agit d’une bière préparée pour être consommée lors d’une grande fête portant le même nom que la boisson, le temps de fermentation est prolongé, donnant alors à la bière un goût plus fort et plus alcoolisé.

La socialisation des enfants Ashaninka est différenciée selon qu’il s’agit d’un garçon ou d’une fille. C’est à cette dernière que revient l’apprentissage de la confection de la bière de manioc, tout comme le tissage ou encore la cuisine. C’est la mère qui va transmettre ces connaissances traditionnelles à sa fille et ce processus de transmission se perpétue de génération en génération. Ce sont aussi les filles et les femmes qui auront la charge de servir la boisson.

La confection de la Piyarentsi répond à un certain nombre d’étapes. Une fois les racines de manioc récoltées, celles-ci sont pelées, lavées, puis mises sur le feu jusqu'à ce qu'elles soient bien cuites. Les morceaux encore chauds sont ensuite transférés dans une grande gamelle en bois pour être écrasés à l’aide d’un battoir afin d’obtenir une pâte. C’est lors de cette étape que les femmes et les jeunes filles vont alors prélever des morceaux de manioc pour les mâcher pendant plusieurs minutes avant de les recracher dans la gamelle et de poursuivre le brassage. L’addition de salive enclenche ainsi le processus de fermentation. C’est aussi le moment où de la patate douce, par exemple, peut-être incorporée à la préparation, lui apportant une touche sucrée. La pâte est ensuite déversée dans un contenant, puis mélangée à de l’eau et filtrée, de manière à obtenir un liquide blanchâtre qui, après un temps plus ou moins long de repos, sera prêt à être consommé dans des calebasses ou des bols en plastique.

Le musée des Confluences conserve au sein de la collection Ashaninka les objets et ustensiles nécessaires à la fabrication de la bière ; la gamelle (inv. 2019.20.104), le battoir en bois (inv. 2019.20.105), le filtre en vannerie (inv. 2019.20.87) et des calebasses (inv. 2019.20.101-102-103). Ces diverses pièces ont été achetées à l’occasion de la participation à la grande fête de commémoration de la délimitation du territoire indigène des Ashaninka.

Fiche détaillée :
Auteurs : 
Marie-Paule Imberti
Éditeur : 
Musée des Confluences (Lyon, France)